Molenzorg
Court-Saint-Etienne, Waals-Brabant
Naam

Moulin de Chevlipont
Moulin de Chevelipont

Ligging rue de Chevelipont 7
1490 Court-Saint-Etienne

hoek met Rue Basse Heuval
Tangissart
grens met Villers-la-Ville
sur la Thyle / op de Dijle


toon op kaart
Geo positie 50.596821, 4.532230
Eigenaar SA Domanoy (la famille Boël)
Gebouwd voor 1153, een aantal keren herbouwd
Type Bovenslag watermolen
Functie Oliemolen
Kenmerken Opeenvolgend korenmolen en marmerzagerij
Gevlucht/Rad Bovenslagrad (verwijderd)
Inrichting Verwijderd
Toestand Gebouwen gerenoveerd als woning
Bescherming ---,
Niet beschermd
Molenaar Geen
Openingstijden Niet toegankelijk
<p>Moulin de Chevlipont<br />Moulin de Chevelipont</p>

Foto: Niels Wennekes, 16.11.2002  

Beschrijving / geschiedenis

De Moulin de Chevlipont is een watermolen (korenmolen en marmerzagerij) op de Thyle (Dijle), op de oostzijde van de rue de la Chevilipont, op de hoek met de rue Basse Heuval.

En 1293, le bailli de Nivelles accorde aux religieux de Villers le droit de pouvoir détourner de son cours la Thyle. C'est de cette époque que devrait dater la construction du moulin. Il servira aussi de forge et de pressoir à huile (stordoir).

Sous la révolution française, le moulin et ses dépendances furent nationalisés et vendus comme biens provenant de la communauté dissoute de Villers. Le moulin comptait alors deux roues motrices et deux paires de meules tandis que le corps de logis couvert d'ardoises se composait de trois petites places. Il y avait aussi une grange et deux écuries aux toits de chaume, une cour, un fournil, etc... En 1858, les propriétaires renouvellent la roue hydraulique afin d'y installer 3 paires de meules. Ils ajoutent au moulin une scierie de marbre et de pierre bleue, activée par une roue hydraulique.

Fin du 19ème siècle, le moulin est acheté par la famille Boël qui le transforme en une scierie à bois. Durant la guerre 1914-1918, les Allemands posent une voie ferrée depuis la gare de La Roche pour desservir la scierie.

Le 15 décembre le propriétaire du Moulin (la société immobilière Domanoy (Famille Boël)), expulsait l'association Nature et Loisirs qui y organisait depuis 25 ans des activités éducatives pour les jeunes. Depuis, cette association a émigré vers l'annexe de la ferme de l'abbaye. Pendant des années, les mouvements de jeunesse occupèrent les lieux durant des week-end scouts,... .

Depuis peu, le moulin a été transformé en habitations.

------------------

De "Moulin de Clevlipont" was een graanwatermolen op de Dijle aan de rue de Chevlipont in het gehucht Chevlipont. Tot de grensherschikking in 1976 stond de molen op het grondgebied van Baisy-Thy (bij Genappe).

De molen werd voor 1153 opgericht. De gronden van Chevlipont, waar deze molen zich bevindt, behoorden tot de stukken land die in de 12de eeuw door Gauthier, heer van Marbais en zijn moeder Judith, werden afgestaan aan de cisterciënzermonniken die toen de abdij van Villers-la-Ville hadden opgericht. Aan het einde van dezelfde 12de eeuw kregen deze monniken toestemming om de Dijle om te leiden en een vijver te graven om water voor een molen te stuwen ("l'étang des Mille Pensées).

In 1312 verpachtte de abdij de molen aan derden. Na de opheffing van de abdij van Villers-la-Ville op het einde van de 18de eeuw, kwam de molen in handen van particulieren.

Opeenvolgend was de molen ingericht als oliemolen, korenmolen. In 1859 werd een marmerzagerij op waterkracht toegevoegd: deze molenvleugel stond op het grondgebied Tilly (op het kadasterperceel A11b).

Eigenaars na 1830:
- voor 1834, eigenaar: Huart Clémentine Marie Antoinette, te Lodelinsart
- 30.08.1850, erfenis: Boetz Pierre Emmanuel en kinderen (kinderen: a) Boetz Marie Lambertine en b) Boetz Eglé, wijnhandelaar te Soignies)
- 03.07.1854, deling: a) Dubois-Huart Jean Baptiste, te Arquennes en b) Castiaux-Huart, te Lodelinsart (notaris Saliez)
- 02.09.1858, verkoop: a) Huart Adolphe Nestor, maître de carrières à Ecaussinnes-d'Enghien, b) Huart Philomène, eigenares te Lodelinsart en c) Huart Nestor, glasblazermeester te Lodelinsart (notaris Berger)
- 10.03.1873, erfenis: Huart Philomène, eigenares te Lodelinsart
- 04.03.1892, erfenis: de erfgenamen (overlijden van Philomène Huart)
- 28.10.1893, verkoop: Fortemps-Ubben Victor Jean, steenzager te Tilly (notaris Brulé)
- 24.02.1900, erfenis: de weduwe en de kinderen (overlijden van Victor Fortemps)
- 08.04.1901, verkoop: Fortemps-Vanstraelen Charles, marmerbewerker te Koekelberg (notaris Pinchart - "établissement industriel comprenant scierie de marbres à 3 armures, 1 débiteuse et 3 polissoirs, moulin à grains")
- 27.02.1906, verkoop: Boël-Capitte Gustave, industrieel te La Louvière (notaris Berger)
- 31.03.1912, erfenis: de weduwe, eigenares te Sint-Joost-ten-Node (overlijden van Gustave Boël)
- 30.12.1925, gift: a) Boël Louis, ingenieur te Parijs, b) Boël Pol, ingenieur te Brussel, c) Boël Georges, advocaat te Sint-Joost-ten-Node en d) Boël Ernestine, echtgenote Goblet d'Alviella Félix, te Brussel (notaris Van Halteren)
- 2015, eigenaar: SA Domanoy (famille Boël)

De gebouwen werden in 1928 omschreven als garage en bergplaats. In 1946 stelde de familie Boël, de toenmalige eigenaar, de molen ter beschikking van het Belgische Rode Kruis, dat tot 1971 jeugdkampen en natuurklassen onderbracht in de gebouwen. Momenteel is het gewit gebouw met wolfsdak in gebruik als woning. De molengebouwen bestaan nog, maar de moleninrichting en het waterrad zijn geheel verdwenen.

Lieven DENEWET, Niels WENNEKES & Herman HOLEMANS

<p>Moulin de Chevlipont<br />Moulin de Chevelipont</p>

Foto: Niels Wennekes, 16.11.2002

<p>Moulin de Chevlipont<br />Moulin de Chevelipont</p>

Foto: Niels Wennekes, 16.11.2002

<p>Moulin de Chevlipont<br />Moulin de Chevelipont</p>

Foto: Jean-Paul Vingerhoed

Bijlagen

Cahérine Moreau, "Court-Saint-Etienne.  Appel à la Région Chevlipont: «Il faut sauver le Moulin des enfants» , Le Soir, 13.11.1998.
I l faut sauvegarder un espace ouvert aux associations, un gîte de 80 lits pour les organisations de jeunesse, un bâtiment pour les camps d'handicapés, un moulin à eau, un site naturel d'éducation, un outil de tourisme social, des emplois et un centre de rencontre pluraliste qui a accueilli plus de 100.000 enfants depuis la Seconde Guerre mondiale, clame Paul Slachmuylder, un des responsables d'un comité qui réclame l'acquisition par une autorité publique du Domaine de Chevlipont.
Le 15 décembre, l'ASBL Picalausa Nature et Loisirs devra quitter le Moulin. La cour d'appel a reconnu au propriétaire, la SA Domanoy (la famille Boël), le droit de récupérer son bien... tout en jugeant que l'ASBL était bel et bien restée fidèle aux objectifs sociaux et éducatifs pour lesquels elle avait reçu la gestion du moulin.
Une décision inéluctable? Le jeune comité «SOS Chevlipont -Moulin des enfants» a décidé de ne pas laisser tomber les bras. Ses objectifs: demander l'acquisition du domaine par une autorité publique - au besoin par voie d'expropriation -, la création d'un milieu naturel et historique dédié à l'accueil et à l'éducation du public et des enfants autour de l'abbaye de Villers, la poursuite de la réhabilitation du Moulin et, en attendant son acquisition, la sauvegarde des activités actuelles d'accueil des groupes en 98-99.
Combat de David contre Goliath (Jacques Boël que nous n'avons pu contacter)?
Le Musée des enfants, à Ixelles, a été relogé par la commune; des immeubles ont été rachetés par la Communauté française, restaurés et remis à la disposition des auberges de jeunesse... L'intérêt général ne doit-il pas primer , rétorque le responsable qui appelle citoyens et élus à appuyer cette campagne en écrivant au ministre-président de la Région wallonne, Robert Collignon. Le Comité a décidé d'ouvrir un fonds d'action et de soutien, de réunir ses sympathisants chaque dimanche à 11 h 30 jusqu'au 15 décembre au moulin et d'y organiser le 9 décembre (18 h) un débat avec des représentants de partis et d'associations sur le thème de l'hébergement des groupes de jeunes en Wallonie et dans le Brabant wallon.
Contacts: 02-347.19.04 ou 010- 61.43.23.

"De l'eau à la sauvegarde du Moulin de Chevlipont", Le Soir, 07.09.2000.
Plusieurs balades guidées autour du Moulin de Chevlipont sont proposées à l'occasion des Journées du patrimoine (1). En prélude à d'autres actions pour la sauvegarde de ce lieu.
Le 15 décembre 1998, le propriétaire, la société immobilière Domanoy (Famille Boël), expulsait l'association Nature et Loisirs qui y organisait depuis 25 ans des activités éducatives pour les jeunes. Depuis, cette association a émigré vers l'annexe de la ferme de l'abbaye.
Maisun groupe de citoyens, réunis dans l'association «SOS Chevlipont-Moulin des enfants» n'a pas désarmé. Ce domaine qui a accueilli plus de 100.000 enfants est aujourd'hui désaffecté, explique l'un d'eux, Paul Slach- muylder. Pire: durant l'hiver, les vannes du moulin n'ont pas été levées à temps, ce qui a provoqué des crues en amont et l'inondation de plusieurs bâtiments.
Une «Fondation pour l'environnement, la jeunesse et le scoutisme à Chevlipont», constituée en juillet dernier, souhaite que le moulin, évalué à moins de 15 millions, redevienne un espace d'éducation. Pour cela, elle plaide pour l'expropriation du bien pour cause d'utilité publique par une autorité (commune, province ou région).
Utopique? Des terrains voisins l'ont été pour permettre le tracé du chemin de fer et de la RN 275; récemment, la Région a acquis ainsi l'hôtel des Ruines. A 500 m de l'enceinte des ruines, le moulin fait intégralement partie du site abbatial, argumente Paul Slachmuylder, président de cette fondation.
Pour tenter de rallier des sympathisants, deux conférences-débats seront proposés (2). L'une abordera les enjeux de l'aménagement du moulin (12 h) et la possibilité d'en faire un lieu de sensibilisation aux énergies renouvelables (20 h); l'autre, qui suivra une après-midi de contes africains (15 h) et un diaporama, réunira diverses personnalités autour de la question clé: quand le Moulin de Chevlipont sera-t-il rouvert aux enfants?

----------------

"Jean Droit: Les Cadets d la Croix-Rouge, www. chbs.be

Pour la Croix-Rouge, il réalise des dessins, des affiches, des articles dans toutes les revues de la Croix-Rouge et des couvertures des cahiers d’écoliers. Il a créé deux images, les plus représentatives et les plus émouvantes : celle qui montre la Croix-Rouge couvrant sous son manteau des éprouvés et celle qui personnifie lidéal du chevalier sans peur et sans reproche.

C'est en 1947 que la famille Boël met à la disposition des Cadets de la Croix-Rouge le superbe domaine du Moulin de Chevlipont (1312), près de Villers-la-Ville. Ce sera là un lieu de formation permanent où garçons et filles (néerlandophones et francophones réunis) se retrouvent chaque année en août pour apprendre les diverses techniques et l'art de les transmettre.

Après la seconde guerre mondiale, la paix revenue, Jean Droit continue à s'investir dans le scoutisme. Au Centre International d'Etudes de la Croix-Rouge de la Jeunesse, en 1953 à l'Athénée Royal de Keerbergen, Jean Droit  dirige l'atelier de travaux manuels récréatifs et sociaux pour des participants venus de 16 pays. Dans une lettre de 1956, il fait une liste des différentes techniques: travail de la perle, hamacs, matériel de camping, bois, raphia, boutons, impressions de traces d'animaux, pictographie, chant, danses folkloriques, vie dans la nature et feu par friction.
A propos des travaux manuels qui prenaient une grande importance dans ses enseignements, il pensait que “l’homme est intelligent, parce qu’il à des mains” et aussi que “l’intelligence est montée des mains au cerveau”.

Août 1961 a vu son dernier camp, un camp de formation des Cadets de la Croix-Rouge de Belgique à Chevlipont.  Lors de ce camp, Jean Droit réunit ses disciples en techniques dans un endroit calme des bois et leur donne un insigne qu'il avait préparé pour eux : une feuille verte en forme de cœur (tilleul), symbole du respect de la nature et de l'environnement.

Les techniques de Jean Droit continuent à vivre, dans ses livres, ses dessins, ses histoires et les souvenirs. Son but: "développe tes talents et transmet-les".

En 1972, la scission des Cadets de la Croix-Rouge en groupes francophones et néerlandophones (conséquence de la séparation des communautés) met fin aux Cadets de la Croix-Rouge. C'est la fin des uniformes, la fin des activités typiquement scoutes. Le mouvement de jeunesse se transforme en "Croix-Rouge Jeunesse" un service de jeunesse qui compte actuellement plus de 100 groupes en Flandre et Wallonie.

 

Literatuur

Herman Holemans, "Kadastergegevens: 1835-1985. Brabantse wind- en watermolens. Deel 6: arrondissement Nijvel (A-E)", Kinrooi, Studiekring Ons Molenheem", 1995;
M.A. Duwaerts e.a., "De molens in Brabant", Brussel, Dienst voor Geschiedkundige en Folkloristische Opzoekingen van de Provincie Brabant, 1961;
Véronique Vander Meiren, "Genappe et ses villages : invitation à la découverte du patrimoine local", Genappe : Véronique Vander Meiren, 2004, 154 p., ill.
http://www. patrimoine-stephanois.be/MenusPropos/le_moulin_de_chevelipont.htm
Cahérine Moreau, "Court-Saint-Etienne.  Appel à la Région Chevlipont: «Il faut sauver le Moulin des enfants» , Le Soir, 13.11.1998.
"De l'eau à la sauvegarde du Moulin de Chevlipont", Le Soir, 07.09.2000.


Laatst bijgewerkt: zondag 16 april 2017
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <?=$naam?>, <?=$plaats?>homevorige paginaNaar Verdwenen Molens