Molenzorg
Hollange (Fauvillers), Luxemburg
<p>Moulin de Hollange</p>
Foto: Robert Van Ryckeghem, Koolkerke
Naam

Moulin de Hollange

Ligging Rue de Chaumont 5
6637 Hollange (Fauvillers)

op een aftakking van de Strange


toon op kaart
Geo positie 49.920715, 5.672487
Eigenaar Dominique Delacroix, Moulin de Hollange sprl
Gebouwd voor 1430
Type Bovenslag watermolen
Functie Korenmolen
Kenmerken Kan ook elektriciteit opwekken met turbine
Gevlucht/Rad Metalen bovenslagrad
Inrichting 2 steenkoppels, walsenstoelen, gietijzeren raderwerk
Toestand Maalvaardig
Bescherming ---,
Niet beschermd
Molenaar Adrienne Delacroix, Dominique Delacroix
Openingstijden Woensdag t.e.m. zaterdag / op afspraak: tel. 061.26 68 76, fax 061 26 66 04

Beschrijving / geschiedenis

De Moulin de Hollange is een watermolen op een 900 meter lange aftakking van de Strange, een bijrivier van de Sûre.
De molen dateert van voor 1430. Hij wordt vermeld in documenten van het Rekenhof uit 1475. Blijkens notariële huur- en erfenisakten was de Molen van Hollange verbonden aan keizerin Maria-Theresia van Oostenrijk (1758) en aan Graaf de Ferraris (1777).
De molen heeft thans een ingebouwd metalen bovenslagrad (vervaardigd door Louis Schul uit Maissin), een turbine van 10 pk (om elektriciteit op te wekken), twee steenkoppels (waarvan één om spelt te pellen), walsenstoelen met acht passages (fabrikaat O. Meyer & compagnie, Soleure, Zwitserland) en gietijzeren raderwerk.
In de jaren 1990 verkochten broer en zus Collard de molen aan Dominique Delacroix. Hij baat de molen thans professioneel uit: hij maalt van woensdag tot zaterdag graan en ook spelt. De producten kunnen in de plaatselijke artisanale bakkerij gekocht worden.
Doordat aan het traditionele maalsel geen voedingsbestanddelen zoals kiemen, bloem, gries worden onttrokken en er geen bewarende bestanddelen aan worden toegevoegd, kan de ambachtelijke bakkerij Le Moulin de Hollange haar klanten producten (meel-brood-vlokken-bier) met een uitzonderlijk hoogwaardige voedingskwaliteit aanbieden. Er wordt gebakken op woensdag, vrijdag, zaterdag.  In 2010 nam dochter Adrienne Delacroix, advocate van opleiding, de zaak van haar vader over.
Voor een bezoek kan men terecht bij: Moulin de Hollange, rue de Chaumont 5, 6637 Hollange, tel. 061.26.68.76.

-------
En activité depuis prés de six siécles, au cÅ“ur du plateau ardennais, le moulin hydraulique de Hollange constitue un témoignage vivant exceptionnel du patrimoine artisanal ardennais. Les documents de la Cour des Comptes datés du 15éme siécle (1475) ainsi que les actes notariés de bail et legs liant le Moulin de H ollange à l'Impératrice Marie-Thérése d'Autriche (1758) et au Comte Ferraris (1777) attestent du caractére historique de ce moulin hydraulique érigé sur un affluent de la Sûre, plus de trois siécles avant la fin de l'ére des moulins banaux. Toujours en activité, le MOULIN DE HOLLANGE dispose de deux sources d'énergie hydraulique alimentées par un bief de 900 métres issu de la Strange.
«Pain, Farines, Biéres»
Depuis vingt-cinq ans, une boulangerie artisanale est venue s'ajouter au moulin afin d'offrir à sa clientéle un pain cuit sur pierre au départ de la farine du moulin et selon les plus anciennes traditions ardennaises. Grâce à sa mouture traditionnelle sans prélévement des éléments nutritifs essentiels tels que germes, fleur, semoule, sans ajout d'argent conservateur et grâce à leur boulangerie artisanale Le Moulin de Hollange vous offre des produits (farines-pains-flocons-biéres) de qualité nutritive exceptionnelle. Sympa aussi pour les enfants ! Cuisson le mercredi, vendredi, samedi.
----------------------

Dominique Delacroix et le moulin de ses rêves

Depuis huit ans, Dominique Delacroix s'est installé au Moulin de Hollange (Fauvillers). Il a laissé une brillante carriére de médecin pour vivre de sa passion au contact de la nature.

En 1991, Dominique Delacroix feuillette les petites annonces et y découvre celle d'une maison en Ardenne. Il s'informe et aboutit dans le petit village de Hollange (Fauvillers). "Cela a été une illumination ", confie-t'il. " Le moulin a vu le jour il y a six siécles et il allait s'éteindre dans les mois qui suivaient. Je ne sais pas pourquoi mais je me suis dit que je devais m'installer ici et venir à son chevet ". Pourtant rien ne prédestinait ce Bruxellois à troquer sa blouse de médecin pour une salopette de meunier. " J'ai toujours aimé le contact avec la terre. Dans mon enfance, à proximité de Bruxelles, j'accompagnais des maraîchers aux champs. J'ai également travaillé dans les fermes durant mon adolescence. Mais il ne s'agissait là que de passe-temps". En effet, Dominique Delacroix entame un doctorat en médecine qu'il réussit brillamment, ce qui lui permet de poursuivre ses recherches au Fond National pour la Recherche Scientifique (F.N.R.S.). A 32 ans, ce sont les sirénes des industries privées qui viennent résonner à ses oreilles. Il dirige alors un service de recherche pharmaceutique, à la tête de 150 chercheurs. Mais cette idée de retour à la nature lui trotte toujours dans la tête et, à l'aube de sa quarantiéme année, il décide de tout laisser tomber pour venir vivre au bord de La Strange. "Au départ, j'avais décidé de prendre une année sabbatique et elle se poursuit depuis huit ans. Je vis un véritable rêve. Maintenant, je prends le temps de respirer."

Pas si rose que cela

Cette histoire n'est pas aussi mielleuse qu'elle n'y paraît. Les difficultés n'ont pas manqué pour mener à bien ce projet. " Si j'avais su les difficultés auxquelles j'allais être confronté, je ne pense pas que je me serais jeté à l'eau. Il a fallu apporter de nombreuses réfections dans l'immobilier. On a dû également rafraîchir le bief pour permettre un débit d'eau suffisant au fonctionnement de la roue. On avait espérer recevoir une aide au niveau européen mais de la cuisine politicienne nous a privés de ce soutien alors que j'avais déjà acheté le matériel. Toutes ces dépenses m'ont forcé à retourner à Paris durant deux années avant de pouvoir travailler à plein temps ici. ". Par ailleurs, il a eu la chance de pouvoir compter sur une machinerie qui était plus ou moins intacte. " De plus, je pense que cette absence de subside a sauvé mon entreprise. En effet, je n'aurais sans doute pas eu le courage de vendre mes produits à un prix vérité. C'est généralement le gros probléme des artisans qui profitent des aides de l'état. Ils essayent de faire payer leurs produits le même prix que les grandes surfaces. Une fois que l'aide publique est coupée, il se retrouve alors le bec dans l'eau. Ils n'ont d'autre possibilité que de se réfugier dans le commerce au noir, ce qui empêche toute forme d'investissement. "

Des clients dans toute la Belgique

Les journées de Dominique Delacroix sont bien remplies. Outre l'activité de meulage, il se mue également en boulanger trois fois par semaine. De son four sort 400 kg de pain hebdomadairement. Sa clientéle est trés diversifiée. " Nous avons des gens de toutes les couches sociales. Et même si notre produit est plus cher, des personnes plus modestes viennent chercher leur pain. Notre notoriété nous améne des gens des quatre coins de la Belgique. Ils font le voyage tous les quinze jours et repartent avec leurs dix pains. Ils sont à la recherche du vrai goût du pain, celui de leur enfance. Cette remarque est également applicable pour la farine. Nous avons dans notre clientéle de nombreux restaurants." Retour à Hippocrate

Dominique Delacroix a fait un choix élitiste dans la sélection de son blé. " Notre farine est réalisée à partir d'épeautre choisi pour la qualité de son goût mais elle a un faible rendement. Donc coûte plus cher. Il y a cinquante ans, un ouvrier devait travailler deux heures pour acheter un kilo de pain. Maintenant, il a besoin de dix minutes. La diminution des prix est due à la baisse de main-d'Å“uvre. En effet, les adjuvants et la modernisation de la boulangerie ont eu cette répercussion". L'achat du pain au moulin est devenu un rituel. " Il est cocasse de remarquer que les gens s'excusent toujours de nous déranger alors que, dans un commerce traditionnel, ils s'énerveraient de ne pas être servis plus rapidement. Ils se font au rythme du moulin " Ses compétences en médecine lui servent dans son nouveau métier. En effet, de nombreuses mamans viennent chercher du pain pour leur enfant atteint d'allergie ou d'eczéma. " Le pain vendu par les boulangers classiques est fabriqué à base de farine bien sûr, mais à laquelle sont additionnés des adjuvants permettant un travail et une cuisson plus rapides. Ces compléments contiennent parfois des produits surprenants (beurre de cacahouéte, blanc d'Å“uf...) auxquels de nombreux enfants sont allergiques ".

Projet d'expansion limitée

La production de farine du moulin n'a cessé d'augmenter, mais il va bientôt être obligé de tempérer son expansion. En effet, une loi de 1997 oblige les moulins à se doter d'une balance électronique afin de lutter contre le meulage au noir. Or, cet appareil est trés onéreux et déformerait totalement l'aspect du moulin. " C'est inapplicable dans les petits moulins. Cette législation est entrée en application en août 1998. Avec l'aide de Josy Arend, le bourgmestre d'Attert, j'ai tenté de faire adopter une dérogation pour les moulins à vent et hydraulique produisant une quantité maximum de 200 tonnes de grains nus. Le ministére des Finances a donné son accord. On attend l'amendement qui pourrait s'appeler amendement "moulin de Hollange", fait remarquer le meunier, avec un sourire en coin. " Cette législation a donné des balises à l'expansion du moulin. Cela doit rester une entreprise familiale. Il vaut mieux la consolider et diversifier nos activités ".

Ses activités ne s'arrêtent d'ailleurs pas là puisqu'il procéde également à l'aménagement extérieur. Il a déjà acquis quinze hectares à proximité de La Strange afin d'y réaliser une zone de protection paysagére, si la pollution ne vient pas détruire la faune et la flore du ruisseau comme ce fut le cas l'année derniére à la suite d'un déversement accidentel de mazout dans la riviére en amont.

Vous pouvez visiter le Moulin de Hollange sur rendez-vous en téléphonant au 061/26.68.76. Pour déguster leur pain, il est toujours plus prudent de réserver.

Au départ, le Moulin de Hollange produit essentiellement de la farine et du pain. Depuis quelques années, la farine du moulin sert également à la fabrication d'une biére, en collaboration avec un brasseur allemand. Par ailleurs, l'année passée, le moulin s’est associé à un projet de valorisation rurale dans le plateau de la Haute-Sûre luxembourgeoise. Les habitants du village de Surré (à quelques kilométres, côté grand-ducal) aménent leur blé au moulin puis le transforment en pâte, en alcool de grain,... Bien d'autres projets corollaires aux moulins pourraient être envisagés. Dominique Delacroix aimerait que son moulin soit le moteur d'un ensemble d'actions de valorisation rurale. Le dessein de nos voisins pourrait en être un bon exemple.

Thierry LEFEVRE

<p>Moulin de Hollange</p>

Foto: Frank De Craeke

<p>Moulin de Hollange</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, 06.05.2004

<p>Moulin de Hollange</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, 06.05.2004

<p>Moulin de Hollange</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, 06.05.2004

<p>Moulin de Hollange</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, 06.05.2004

Literatuur

B. Roisin, "Arts werd één van de laatste Waalse watermolenaars", in: Molenecho's, XXVIII, 2000, nr. 3, p. 167-171.
Jean-Luc Bodeux, "Un médecin qui moud et cuit l'épéautre. Hollange", Le Soir, 22.09.1999.
Eric Burgraff, "Fauvillers - Meunier, boulanger et chercheur. Des bienfaits de l'épeautre", Le Soir, 27.11.2004.
"Adrienne Delacroix, d'avocate à meunière". La Meuse ed. Luxembourg, 10.05.2010.


Laatst bijgewerkt: zondag 8 september 2013
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <?=$naam?>, <?=$plaats?>homevorige paginaNaar Verdwenen Molens