Molenzorg
Hautrage (Saint-Ghislain), Henegouwen
<p>Moulin aux Vignes<br />Moulin d'Hautrage<br />Moulin Frison<br />Moulin d'Aulnoit<br />Moulin Sylva</p>
Foto: Robert Van Ryckeghem, 29.09.2006
Naam

Moulin aux Vignes
Moulin d'Hautrage
Moulin Frison
Moulin d'Aulnoit
Moulin Sylva

Ligging Rue Octave Mahieu 42
7334 Hautrage (Saint-Ghislain)

au nord du village
sur le ruisseau dit le Grand Courant ou du Moulin ou de la Fontaine
section A 451


toon op kaart
Geo positie 50.487389, 3.766954
Eigenaar Jean et Charlotte Duveiller-Wallon
Gebouwd Voor 1246 / 1790
Type Bovenslag watermolen
Functie Korenmolen en elektriciteitsopwekking
Kenmerken Natuur- en bakstenen romp, in de lengterichting van de waterloop
Gevlucht/Rad Houten bovenslagrad
Inrichting Nog gedeeltelijk, maar steenzolder uitgebroken
Toestand Nieuw waterrad in 2006
Bescherming ---,
Niet beschermd
Molenaar Geen
Openingstijden Op afspraak, tel. 0477 404178

Beschrijving / geschiedenis

De Moulin d'Aulnoit werd voor het eerst vermeld in 1246. Hij komt voor in het cijnsboek "le Vieil Rentier d'Audenaerde" van ca. 1276 (bewaard in het stadsarchief van Oudenaarde). Hij was de vroegere banmolen van de abdij van Epinlieu. Sinds 1743 was de molen in het bezit van de molenaarsfamilie Frison.
De molen is getekend op de Ferrariskaart van ca. 1775 waar hij wordt genoemd Moulin d'Hautrage (on-line kaartnummer 42, Saint-Ghislain).
Op de kadastrale atlaskaart van P.-C. Popp is deze molen terug te vinden onder: Hautrage A451 - Moulin Frison.

Het bakstenen gebouw (met natuursteen rond het waterrad) is in de lengterichting van de waterloop opgesteld. Het metalen bovenslagrad is nog aanwezig, maar verroest. Het binnenwerk is nog intact: metalen overbrenging in een achthoekige asput, vier steenkoppels, builmolen, grote schudzeef.

In 1949 stopte de molen met malen van baktarwe, maar Sylvia Letot bleef nog in 1969 malen voor dierenvoeding. De molen ondergaat vanaf 2003 een renovatie. In 2006 werd een nieuw houten bovenslagrad geplaatst (voorheen: metalen rad) voor de opwekking van groene stroom. Er werd opnieuw voorzien in watertoevoer. De steenzolder is echter uitgebroken. Tegenover de molen bevond zich een tweede watermolen, "moulin Letot", die toebehoorde aan de fabrieken De Stordeur.

Lieven DENEWET & Aimé SMEYERS

-----------------------

Le moulin à l'Aulnoit est un moulin à eau au nord du village, à la rue Mahieu 42, au lieu-dit "Caron" (section A n° 451 ou 455 à 471), sur un bief du ruisseau dit le "Grand Courant" ou "du Moulin" ou "de la Fontaine".

Le moulin appartenait initialement à l'abbaye d'Epinlieu. En 1246 et 1253, Baudri, sire de Roisin, approuvait la donation faite par sa mère Agnès à l'abbaye d'Epinlieu, consistant en terres, en bois, en moulin, en pré et en rentes, au territoire de Hautrage.

En 1370, il appartenait pour 1/3 à l'abbaye de Saint-Ghislain et pour 2/3 au seigneur de la Ville.
A la famille de Ligne du 17e au 18e siècle.
Dit en 1763 "de Lockinol" ou "moulin Sylva".
Fut renforcé par un moulin électrique.
Arrêté après la Seconde Guerre mondiale;
Bâtiment en mauvais état datant dela fin du 18e ou du début du 19e siècle.
Roue et engrenages en ruine, diloqués.

Après son rachat aux Princes de Ligne en 1805 par Alexis Frison, le moulin est resté dans la famille Frison depuis 1728. Le dernier meunier était Sylvia Letot jusqu'en 1965. Les moulins appartient maintenant par héritage à la famille Duveiller-Wallon.

En 1949, l'axe de sa roue se brise, et son activité se réduit à concasser des céréales pour l'alimentation du bétail. En 1969, il s'arrête de fonctionner et est laissé à l'abandon jusqu'en 1997. Depuis lors il fait l'objet d'une laborieuse restauration par les descendants de la famille Frison, en commençant par le remplacement de la charpente et de la toiture.

Le bâtiment révèle les diverses époques de son existence, avec à la base des blocs en pierres de taille et en briques pour la partie supérieure. Construit en pierre bleue, moellons, ardoises, bois et schiste, cet ancien moulin à grain est de type maison-bloc.

Il est de trois niveaux. Le mécanisme se compose de 5 parties: la roue motrice, les pignons et engrenages, les meules, la bluterie et le tarare.

On remarque aussi des traces dans la façade, de l'agrandissement sur le côté du bâtiment. Au rez-de-chaussée, le puits du rouet est entouré d'une belle rotonde octogonale, système d'engrenages intact, bluterie et tarare de grande taille, élégantes colonnes en bois supportant les madriers des meules. Actuellement l'intérieur est encore assez vétuste, et les 4 paires de meules ont été déposées à l'extérieur. Le mécanisme est pratiquement complet et attend sa retauration.

Pour alimenter le moulin en eau, il a fallu installer des vannes sur les étangs de la Drève royale et sur le ruisseau des Fontaines.

Le moulin d'Hautrage est situé sur le ruisseau des Fontaines, un peu en amont du village. Il receuille de cette manière les eau d'un petit bassin hydrographique placé sur le versant nord de la dépression de la Haine. Ce petit bassin ne s'étend pas au-delà des territoires de Sirault et Hautrage. En raison de la déclivité du terrain (la première source, à quatre kilomètres du moulin, se trouve à une altitude de 75 mètres tandis que le moulin se trouve 35 mètres plus bas), le ruisseua creuse un vallon encaissé et riche en sources (de là, justement, son nom) et donc, malgré tout, assez bien pourvu en eau.

L'alimentation en eau du moulin aux Vignes se fait d'une manière particulière. Elle s'effectue en effet, ou, plutôt, s'effectuait par l'intermédiaire d'un bief greffé sur la rivière et positionné sur le versant droit (ouest) de la vallée. A proximité du moulin, cette dérivation reste, à l'heure actuelle, assez facilement identifiable malgré qu'elle ait été envahie de végétation et de débris divers. Il est probable que la dérivation qui alimentait ainsi le moulin ne se limitait pas au tronçon aujourd'huis désaffecté. Il semble au contraire qu'elle s'étendait à la totalité d'un segment derivière dont le point de départ se trouve à hauteur de la vorie dite "drève Royale", à 250 mètres en amont du moulin. Avec le temps, la dérivation se sera, ici comme en d'autres endroits, substituée au tracé naturel de la rivière.

Une assez large étendue d'eau existe en amont de la "drève Royale". Cet élément paysager incite à reconnaître à cette dernière une fonction de barrage (assurant un rôle de réserve pour le moulin aux Vignes). Le toponyme "étang du Meunier" jouxte ce secteur. Il pourrait confirmer cette vision des lieux.

Juste en amont de ce premier étang, une autre retenue d'eau, placée à un niveau plus haut, est associée aux traces d'un second moulin à eau. Cette nouvelle retenue est justement contournée par le "sentier du Meunier".

Quoi qu'il en soit du dispositif hydraulique qui participait à son alimentation, le moulin aux Vignes tire une partie importante de sa physionomie du fait de se trouver au débouché d'un canal établi près de trois mètres au-dessus du niveau de l'étroite plaine alluviale. Le moulin s'appuie ainsi contre une partie assez abrupte du versant de la vallée. Plus précisément, la bâtisse est édifiée contre le canal, dans le sens de celui-ci. Son étage, côté versant, se trouve de plain-pied avec le canal d'amenée d'eau. Quant à son rez-de-chaussée, il se trouve de plain-pied avec le fond de la vallée.

Construit sur un plan rectangulaire, le bâtiment est d'allure particulièrement robuste. Gravement dégradé à la fin du 20e siècle, il a fait depuis lors l'objet de soins attentifs, notamment quant à sa couverture (à croupes et coyaux, probablement le résultat d'une réfection complète dans la première moitié du 19e siècle) et quant aux structures liées au "gouffre".

Le moellon et la brique se mêlent dans les différentes parties de la construction et traduisent une succession de périodes de construction. La chose est particulièrement manifeste dans la partie supérieure du moulin proprement dit (côté aval). Les baies qui percent le pignon sud sont du même type que celles qui percent le mur gouttereau donnant sur le canal. Côté voirie, des percements de plus anciens correspondent notamment aux protes destinées au transbordement des sacs. Une belle lucarne passante à usage de monte-charge souligne la travée principale d'un volume qui, dans sa physionomie première, se limitait aux trois premières travées de gauche.

L'intérieur du moulin conserva l'essentiel de son équipement ancien. L'arbre de la roue du moulin, après avoir traversé le mur, débouche dans un puits octogonal. Une haute margelle soutient des coulonnes qui contribuent elles-mêmes à supporter les sommiers de l'étage. C'est dans ce puits que se trouve l'engrenage transformant le mouvement rotatif vertical de la roue en un mouvement rotatif horizontal. Des engrenages que l'on peut associer ou dissocier à volonté transmettent le mouvement et l'énergie rotative aux différents lieux utiles et spécialement aux meules. Tout le mobilier intérieur du moulin est conservé et constitue un assez rare exemple d'équipement d'origine.

En 2006, une nouvelle roue à augets a été mise en place, avec l'appui du Petit Patrimoine populaire wallon et un subside de la Région wallonne. Les dimensions de la roue sont de 3,70m de diamètre et de 1,40m de largeur. Cela laisse espérer une résurrection complète du moulin.

M. BRUWIER, Jean-Paul VINGERHOED & Gérard BAVAY

<p>Moulin aux Vignes<br />Moulin d'Hautrage<br />Moulin Frison<br />Moulin d'Aulnoit<br />Moulin Sylva</p>

Foto: Jean-Paul Vingerhoed, Corroy-le-Grand, 09.09.2006

<p>Moulin aux Vignes<br />Moulin d'Hautrage<br />Moulin Frison<br />Moulin d'Aulnoit<br />Moulin Sylva</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, 29.09.2006

<p>Moulin aux Vignes<br />Moulin d'Hautrage<br />Moulin Frison<br />Moulin d'Aulnoit<br />Moulin Sylva</p>

Foto: Jean-Paul Vingerhoed

<p>Moulin aux Vignes<br />Moulin d'Hautrage<br />Moulin Frison<br />Moulin d'Aulnoit<br />Moulin Sylva</p>

Foto: Jean-Paul Vingerhoed

<p>Moulin aux Vignes<br />Moulin d'Hautrage<br />Moulin Frison<br />Moulin d'Aulnoit<br />Moulin Sylva</p>

Voor de restauratie van het rad. Foto: Robert Van Ryckeghem, 1999

Literatuur

Jean-Marie Cauchies, "Une rixe entre meuniers dans le "Grand-Saint-Ghislain" (Hautrage, Silrault) ... en 1440", in: Annales du Cercle d'Histoire et d'Archéologie de Saint-Ghislain et de la région, jg. 7, 1995, p. 267-269.
Jules Dewert, "Les moulins du Hainaut. Arrondissement de Mons", Annales du Cercle d'histoire et d'archéologie de Baudour, t. 4, 1939, p. 1-202;
Jacques Vandewattyne, "Inventaire des moulins du Hainaut. Arrondissement de Charleroi - Arrondissement de Mons - Arrondissement de Soignies", Hainaut-Tourisme, n° 118, juli 1966, p. 139-144;
"Moulins en Hainaut", Bruxelles, Crédit Communal, 1987;
Robert Desart, "Les Moulins à Eau du Hainaut et des Flandres", Soignies, Lemaire, 1968, p. 41.
Gérard Bavay, "Patrimoine et histoire des moulins en Hainaut - Inventaire descriptif", Analectes d'histoire du Hainaut, tome XI, Mons, Hannonia, 2008. p. 313 - 314, ill.


Laatst bijgewerkt: zaterdag 4 februari 2017
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <p>Moulin aux Vignes<br />Moulin d'Hautrage<br />Moulin Frison<br />Moulin d'Aulnoit<br />Moulin Sylva</p>, Hautrage (Saint-Ghislain)homevorige paginaNaar Verdwenen Molens