Molenzorg
Beaumont, Henegouwen
<p>Grand Moulin <br />Moulin banal</p>
Foto: Jean-Pol Grandmont, 13.04.2009
Naam

Grand Moulin
Moulin banal

Ligging Verte Vallée
6500 Beaumont

sur la Hantes
cadastre A 589


toon op kaart
Geo positie 50.235207, 4.232083
Eigenaar Privaat
Gebouwd voor 1237 / begin 17de eeuw
Type Bovenslag watermolen
Functie Korenmolen, schorsmolen
Kenmerken Natuurstenen gebouw
Gevlucht/Rad Bovenslagrad (verwijderd)
Inrichting Verwijderd
Toestand Gerenoveerd gebouw
Molenaar Geen
Openingstijden Niet toegankelijk

Beschrijving / geschiedenis

Grand moulin à eau au lieu-dit "Verte Vallée". Existe probablement au 10e siècle. Certainement en 1237. Reconstruit au début du 17e siècle. Construction d'une annexe en 1820. Arrêté au début du 20e siècle. Bâtiment, écluses et vannes. Mécanisme disparu. Un moulin à tan, annexé au Grand Moulin en 1582 a complètement disparu.

Le moulin banal de Beaumont se situe sur le cours principal de Hantes, ce qui lui garantit un débit assez considérable. Plus précisément, le moulin se trouve à hauteur du promontoire sur lequel se dresse la tour Salamandre. Par le fait même, le moulin trouve place juste en contrebas de l'enceinte urbaine (particulièrement anciennne) de Beaumont.

L'analyse du site permet de reconnaître un barrage coupant la vallée entre deux promontoires apparaissant en tenailles. L'étroitesse de la plaine alluviale en amont n'empêche toutefois pas le développement d'une retenue d'eau. Sauf le relief du barrage, rien ne subsiste de l'image de cette zone inondée. Les traces visibles indiquent un fossé établi à la base du versant droit de la vallée. Un bief d'amenée est couplé avec un grand portique établi à hauteur du moulin, à l'autre extrémité du barrage. Il conduit de ce point à la roue de moulin. La portique comporte quatre vannes activables à partir de la passerrele qui permet de traverser la rivière à cet endroit.

Le moulin banal de Beaumont est établi sur la parcelle cadastrale section A n° 589. L'endroit est connu à ce jour sous le nom de "maison-ferme" du moulin. Elément très important et typique du paysage beaumontois (dans un site remarquable dominé par la tour Salamandre à l'est et la chapelle Saint-Julien au sud), construit entre deux bras de la Hantes et précédé d'une écluse, ce moulin banal a une histoire relativement bien connue.

Il s'agit en effet d'une construction du 17e siècle (une restauration est attribué à Charles de Croy) quelque peu transformée aux 18e et 19e siècles. En témoignent des fenêtres à meneaux et de hautes toitures asymétriques. L'édifice et ses annexes ont été décrits minutieusement, et somme toute à peu près tels que l'on peut encore les voir aujourd'hui, dans le "besogne" de 1608. Ils sont représentés, avec un peu plus de fantaisie, par les gouaches d'Adrien de Montigny.

Les belles fenêtres à croisée de pierre traduisent l'ancienneté (1ère moitié du 17e siècle) et l'importance du Moulin Banal de Beaumont. On distinguera toutefois le volume principal de ses annexes plus tardives. Le coeur de la bâtisse se présente sous la forme d'un bâtiment de plan quadrangulaire. Divers détails permettent de distinguer une partie résidentielle (vers la gauche de la façade principale, au sud) et une partie "industrielle" vers la droite (contre le bief qui faisait tourner la roue). Les deux parties appartiennent manifestement à un seul et même projet de départ. Le corps de logis se compose de quatre travées sur deux niveaux. La souche d'une imposante cheminée marque le lieu de la séparation entre les grandes pièces qui se superposent vers la gauche de la construction des pièces plus petites (cabinets ou chambres) placées côté moulin. Les baies du rez-de-chaussée semblent le résultat de modifications postérieures à la construction initiale (à l'exception peut-être de la baie de droite, initialement à simple traverse). Les baies de l'étage, munies de belles croisées de pierre, sont probablement d'origine. La partie meunière proprement dite se distingue par des murs plus massifs et, au niveau de la toiture, par un coyau mieux marqué. Une porte entièrement encadrée de pierres posées en harpe correspond à l'entrée du moulin. Elle jouxte la passerelle initialement située à l'extrémité droite de la façade et qui se double d'un système de vannes destinées à contrôler l'écoulement de l'eau et l'alimentation de la roue. Ces vannes se situent à l'extrémité d'un bief greffé sur le cours principal de la rivière (qui coule à près de 100 mètres de là) et profitent d'un barrage établi en travers de la vallée. Ce barrage se termine ainsi par d'autres vannes qui coupent le cours principal de la rivière et font apparaître vers l'amont une retenue d'eau dans le lit de la rivière. De cette manière se trouve assurée l'alimentation en continu et en masse du bief et donc de la (ou des) roues du moulin. C'est là un dispositif savant et considérable qui indique bien l'importance "urbaine" du moulin.

Le bâtiment est entièrement chaulé et couvert d'une toiture d'asbeste.

Un appentis a été construit vers l'arrière du corps de logis (sur le pignon duquel se voient encore deux belles fenêtres à croisée de pierre et une autre à linteau droit sur piédroits harpés de tradition gothique, peut-être en remploi). Un autre appentis, plus petit, a encore été appuyé sur le premier.

Cité très certainement au 13e siècle, et peut-être même beaucoup plus tôt (polyptique de Sainte-Aldegonde, 10e siècle), il était banal pour les habitants de Beaumont. Les revenus en avaient toutefoit été cédés, de temps immémorial, au châtelain, officier et vassal du seigneur. Les effets de cette cession se prolongèrent jusqu'au premier quart du 17e siècle.

Il s'agissait d'un moulin à deux tournants sous l'ancien régime. Il faut toutefois préciser qu'à proximité immédiate, dans une annexe du bâtiment principal, se trouvait une troisième roue utilisant le même courant d'eau et actionnant des meules à broyer les écorces. Ce moulin à écorces fut détruit en 1578 par faits de guerre et reconstruit aux frais des tanneurs de la ville, ce qui entraîna l'abolition des droits seigneuriaux le concernant.

Quant aux deux autres moulins, à blé et à seigle, ainsi qu'à l'épeautre, ils étaient généralement affermés pour des termes de trois ans à des marchands de grains qui, en dépit des prélèvements dus au seigneur, pouvaient parfois réaliser de substantiels bénéfices.

L'établissement resta la propriété des héritiers du seigneur jusqu'en 1930, année de sa vente par Charles de Riquet, prince de Caraman-Chimay. Mais après être passée par plusieurs mains, il appartient de nouveau à un Beaumontois (le docteur Lacroix). L'arrêt définitif de ses activités peut-être daté des environs de 1910.

Cécile DUMONT et Gérard BAVAY

--------------------------------------------------------------------

 Deze watermolen werd reeds vermeld in de 13e eeuw en misschien staat hij reeds afgebeeld op de "polyptique de Sainte-Aldegonde", 10e eeuw.
De Grand Moulin was de banmolen van het stadje Beaumont.
Deze watermolen komt voor op de Ferrariskaart van ca. 1775 (online - kaartnummer 67, Beaumont).
P.C. Popp (ca. 1860) tekent de molen op onder Beaumont A560. In de legger staat hij vermeld als eigendom van: De Riquet de Caraman, duc Charles, propr., Beaumont.

Aimé SMEYERS

<p>Grand Moulin <br />Moulin banal</p>

Foto: Jean-Pol Grandmont, 13.04.2009

<p>Grand Moulin <br />Moulin banal</p>

Prentkaart Cim (coll. R. Van Ryckeghem, St.-Andries)

<p>Grand Moulin <br />Moulin banal</p>

Prentkaart (coll. A. Smeyers, Alsemberg)

<p>Grand Moulin <br />Moulin banal</p>

Prentkaart (coll. J. Philippe)

<p>Grand Moulin <br />Moulin banal</p>

Prentkaart Nels. Verzameling Ons Molenheem

Literatuur

Archives
Archives d'Etat à Mons, Archives de la seigneurie de Beaumont, passim

Ouvrages
E. Matthieu, "Le Besoigné ou description de la ville et comté de Beaumont", dans: Annales du Cercle archéologique de Mons, t. 16, 1880, p. 1-249.
"Le patrimoine monumental de la Belgique", t. 10. Hainaut. Arrondissement de Thuin, Liège, 1983, p. 85-86.
"Albums de Croy", t. 1, Bruxelles, 1988, passim.
"Les Moulins dans l'Entité de Beaumont", s.l., Cercle d'Histoire de Beaumont, s.d., p. 8-10 + ill. buiten tekst.
Arthur Robert, "Le grand moulin banal de Beaumont", in: Publications de la Société d'Histoire régionale de Rance et de tourisme Culturel des Cantons de Beaumont-Chimay à Sivry-Rance, tome V, 1964, p. 163-174.
Gérard Bavay, "Patrimoine et histoire des moulins en Hainaut - Inventaire descriptif", Mons, Hannonia, 2008. (Analectes d'histoire du Hainaut, tome XI), p. 443 - 445.
"Moulins en Hainaut", Mons, Hannonia / Bruxelles, Crédit Communal, 1987.


Laatst bijgewerkt: maandag 8 mei 2017
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <?=$naam?>, <?=$plaats?>homevorige paginaNaar Verdwenen Molens