Molenzorg
Wodecq (Ellezelles), Henegouwen
Naam

Moulin du Tordoir

Ligging Rue Vert Marais 5
7890 Wodecq (Ellezelles)

sur le rieu du Tordoir


toon op kaart
Geo positie 50.728092, 3.697616
Eigenaar Raoul Delfairi?re-Vandesande
Gebouwd Voor 1245 / 1791
Type Onderslag watermolen
Functie Koren- en oliemolen
Kenmerken Nog houten kamwieloverbrenging
Gevlucht/Rad Smal metalen bovenslagrad (6,8 m diameter, 40 bakken)
Inrichting Drie maalkoppels
Toestand Maalvaardig hersteld in 2000
Bescherming M: monument,
Molenaar Raoul Delfairi?re-Vandesande
Openingstijden Eerste zondag per maand van april t.e.m. september; op afspraak, tel. 068.447228
<p>Moulin du Tordoir</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, Koolkerke  

Beschrijving / geschiedenis

De "Moulin du Tordoir" op de beek Tordoir te Wodecq is een voormalige oliemolen (vandaar de benaming. Hij werd reeds vermeld in 1245 en in het cijnsboek "Vieil Rentier de mesire Jehan de Pamele-Audenarde" in 1276 als "Moulin du Neuf Bourg". In de 15e eeuw was de molen eigendom van Guillaume de Windulle. Van 1746 tot 1770 was Philippe Jacques Dessaussoit er molenaar. Hij kon de molen ook aankopen. Zijn zoon volgde hem op.

In 1791 gebeurden grondige verbouwingswerken, die het gebouw het huidig uitzicht gaven.
Volgens de kadastrale atlas van P.-C. Popp (ca. 1860), stond de molen op sectie A 269; de "moulin à farine" was toen in het bezit van Vandesande, Joseph, cultiv., Wodecq.
Op 29 september 1919 speelden drie jongens (tussen 10 en 15 jaar oud) op het stilstaande waterrad. Deze kwam echter plots in beweging en de drie waren op slag dood (zie bijlage).

Van de oliemolen zijn de pletstenen nog bewaard. Hij werd later gebruikt als korenmolen (met drie steenkoppels) en kon ook elektriciteit opwekken. In 1955 stopte de molen met draaien. Het verval trad in.

Gelukkig liet de eigenaar, de familie Delfairiére-Vandesande, het interieur intact en ging zelfs over tot een maalvaardige restauratie (waterrad, sluizen en mechanisme). De financiering kon gebeuren in het kader van het Europees programma Leader II. Er kon ook een subsidie bekomen worden van "Le Petit Patrimoine Populaire Wallon" (vernieuwing waterrad). Voor de plannen werd een beroep gedaan op de deskundige molenkennis van Jean Bruggeman uit Villeneuve-d'Asca van de Noord-Franse molenvereniging ARAM Nord Pas-de-Calais. De firma SAE Solespam uit Saint-Amand-les-Eaux vervaardigde een nieuw metalen onderslagrad en molenmaker Eric Vanleene uit Pollinkhove monteerde het.

Op zaterdag 9 september 2000, op de Waalse Open Monumentendag, gebeurde de inhuldiging. Zowel de molen als een pedagogische ruimte werden geopend. Deze omvat een tentoonstelling over molens in de "Pays des Collines", met fotopanelen en maquettes. Van april tot en met september is de molen minstens één zondag per maand geopend. Voor een bezoek kunt u ook contact opnemen met de eigenaar, de familie Delfairiére-Vandezande, Vert-Marais 5, 7890 Wodecq (Ellezelles), tel. 068.447228. Een mooie folder over "Les moulins du pays des Collines" is te bekomen bij "Parc naturel du Pays des COllines", Ruelle des Ecoles 1, 7890 Ellezelles, tel. 068.544600, fax 068.544605 of bij "Ecomusée du Pays des Collines", Plada 3, 7890 Lahamaide, tel. & fax 068.645155. 

Lieven Denewet & Aimé Smeyers 

-------

Déjà cité en 1276 dans le Vieil Rentier d'Audenaerde, ce moulin à eau a donné son nom au ruiseeau et à la ferme qui l'entourent. Il servit à tordre des graines pour en extraire l'huile (noix, faînes, oliettes, caméline). Vers 1791, un moulin à farine fut construit. Il produisait également de l'électricité suffisante pour couvrir les besoins du moulin, de la ferme et de la ferme voisine. Etant donné la détérioration de la roue, ce moulin cessa ses activités dans les années 1950 (farine) et en 1954 (éléctricité ainsi que mouture pour les animaux).
L'extraordinaire état de conservation des piéces de bois du mécanisme et des meules en font une richesse pour notre patrimoine du Pays des Collines. Année 2000, le moulin est doté d'une nouvelle roue en métal. La restauration des vannes et du mécanisme intérieur permet la remise en marche du moulin. Déjà cité en 1276 dans le Vieil Rentier d'Oudenaarde, ce moulin à eau a donné son nom au ruisseau et à la ferme qui l'entourent.

Il servit à tordre des graines pour en extraire l'huile (noix, faînes, oliettes, caméline). Vers 1791, un moulin à farine fut construit. Il produisait également de l'électricité suffisante pour couvrir les besoins du moulin , de la ferme et de la ferme voisine.
Etant donné la détérioration de la roue, ce moulin cessa ses activités dans les années 50 (farine) et en 1954 (électricité ainsi que mouture pour les animaux). L'extraordinaire état de conservation des piéces de bois du mécanisme et des meules en font une richesse pour notre patrimoine du Pays des Collines.
Année 2000, le moulin est doté d'une nouvelle roue en métal. La restauration des vannes et du mécanisme intérieur permet la remise en marche du moulin.

Le moulin du Tordoir a donné son nom au ruisseau et à la ferme qui l'entourent..
Les plus vieilles mentions concernant le moulin du Tordoir.
- 1245 NISUM MOLIN (M. de Waha, "Fortifications et sites fossoyés dans le nord du Hainaut", Hainaut n° 985, 995, Bruxelles, ULB 1983)
NISSEMOLINS («sas tordoirs» au lieu-dit Neuf Burg (Hubermont)
- 1410 Cartulaire des fiefs du comté de Hainaut: tordoir.
- 1482 Tordoir à Windaille (G. Decamps «Les communes»)
Moulin tenu par Guillaume de Windulle (Archives de l'Etat à Mons.)
Pendant les XVI et XVIIe siècles le moulin fonctionna sans interruption.

La ferme actuelle, un quadrilatére en briques, remonte à la fin du XVII ou au début du XVIIIe siécle. 1736 Dominique Van Lierde, meunier au Sablon (1705-1750) avait épousé Jeanne Reins, propriétaire d'un moulin à huile appelé Tordoir. Une autre source le signale louant un tordoir à huile au seigneur de Cruquembourg.

- 1737 Philippe Jacques Dusausoit épouse Anne Marie Van Lierde 1746-1770 Philippe Jacques (appelé Pére Tordou) est locataire d'un moulin à huile (Ce qui prouverait que son pére le louait). A sa mort il en est le propriétaire.
- 1791 Le moulin est restauré en son état actuel: moulin à farine.
- 1797 Un acte de succession attribue le moulin à son fils qui porte le même nom.
- 1806 Philippe Jacques Dusausoit décédé, son fils hérite du moulin Jean-Baptiste Vandesande, bourgmestre d'Everbecq, épouse Marie-Catherine Dusausoit fille de Philippe Jacques et devient propriétaire du moulin.
- 1848 Joseph Vandesande, fils de Jean-Baptiste, né à Everbecq en 1804, épouse Isabelle Balot en 1848. Il hérite du moulin. Il décéde en 1871. Il était échevin de la commune de Wodecq. Emile Vandesande un des fils, né en 1856 et décédé en 1920 est renseigné meunier-fermier. Il est cité meunier en 1883 et en 1892.
Son frére Pierre Joseph (dit Pére Pir) lui succéde. Il épouse Marie-Louise Degavre. Il est renseigné meunier d'un moulin à farine et à l'huile en 1920.

La fabrication de l'huile s'est terminée aprés la guerre 1914-18. A partir des années 1910-1920, il produit de l'électricité pour le moulin, la ferme et la ferme voisine. Le fils de Pierre Joseph, Joseph Vandesande (Parrain Tordou) le dernier meunier né en 1880,et décédé en 1965 avait épousé Marie-Angéline Doclot en 1928.
Il céde en 1950 le moulin à sa fille Josette.
Celle-ci épouse en 1951 Raoul Delfairiére.
- 1951 Le moulin est signalé comme «moulin mû par eau et par moteur à gaz». Il ne sert plus qu'à concasser des aliments pour le bétail.
- 1955 Cessation des activités et la roue à auges s'immobilise..

Pendant prés de 700 ans, le moulin a extrait des huiles de noix, de faines, de caméline, d'oeillette et servit pendant le dernier siécle à la mouture du graine.

Rénovation du Moulin du Tordoir
Grâce à la volonté tenace des propriétaires actuels (Josette, Raoul, Claude et Nicole) une nouvelle roue permet de nouveau au Moulin du Tordoir de se réveiller aprés quarante-cinq ans de léthargie.
En 1996, la famille Delfairiére ouvre ses portes du Tordoir au public .
L'inauguration officielle du moulin remis à neuf a lieu dans le cadre des journées du Patrimoine, le 9 septembre 2000.
«Le sauvetage du moulin du Cat Sauvage dans les années 1950 par Pierre Hermant, Jacques Vandewattyne et Louis Beaucamp a constitué le point de départ de tout le dynamisme associatif qui donna au Pays des Collines ses plus belles lettres de noblesse. C'est durant cette époque que le moulin devint l'embléme des Collines» (Pascal Lepoutte C.E. 9 septembre 2000).
Le Cat Sauvage a désormais un frére, le Tordoir: Ils sont toujours heureux et fiers de recevoir votre visite

Info: Moulin du Tordoir, Vert Marais 7890 Wodecq (Ellezelles) Rens.: Mme Delfairiére, +32(0) 68-447228.

Louis BEAUCAMP. C.H.E.R.

<p>Moulin du Tordoir</p>

Foto: Robert Van Ryckeghem, 17.08.2008

<p>Moulin du Tordoir</p>

Aandrijving voor elektriciteitsopwekking. Foto: Robert Van Ryckeghem, 13.08.2004

<p>Moulin du Tordoir</p>

De steenzolder. Foto: Robert Van Ryckeghem, 13.08.2004

<p>Moulin du Tordoir</p>

Het rad voor zijn renovatie. Foto: Robert Van Ryckeghem, 2001

<p>Moulin du Tordoir</p>

Oude prentkaart. Verzameling Ons Molenheem

Aanvullende informatie

De volksstem, 30.09.1919
Laatste Berichten per Telefoon.
VREESELIJK ONGELUK BIJ BERGEN. - Bergen, 29 September. - Heden morgend waren drie knaapjes, 10 tot 15 jaar oud, aan 't spelen op het rad van den watermolen van M. Rivière (= Delfairière), te Wadeck (= Wodecq) bij Bergen. Het rad werkte niet, doch eensklaps ging het aan 't draaien, met het ongelukkig gevolg, dat de drie onvoorzichtige knaapjes ijselijk verpletterd werden en op den slag dood bleven.
Lletterlijk overgenomen in: De Beiaard, 04.10.1919

Maquette du Moulin du Tordoir
En 2004, Eric Bauthier réalise une maquette fonctionnelle du moulin du Cat sauvage. Satisfait de cette réalisation, il envisage dès lors de mettre en chantier un nouveau projet du même type : il jette son dévolu sur le moulin du Tordoir situé à Wodecq, le village d'origine de sa belle famille. Très vite notre maquettiste prend contact avec les propriétaires du moulin qui se montrent enthousiastes par l'idée. Ainsi, le bâtiment est photographié sous tous ses angles et mesuré. A partir de ces précieuses informations, Eric Bauthier dresse un plan au 1/50e, à l'image du moulin tel qu'il était en 1791, date qui figure sur son pignon principal. C'est d'ailleurs pour cela que le roue sera réalisée en bois, en s'inspirant de l'encyclopédie Diderot éditée à cette époque.
Sur une planche de contreplaqué, les différents niveaux sont réalisés afin de respecter celui de la rivière ainsi que le dénivellement du bief. A ce stade, les murs de ce dernier, façonnés en vraies briques, comme l'ensemble de la construction d'ailleurs, sont déjà montés. Les fonds du cours d'eau sont reproduits en mastic pour béton agrémenté de graviers pour litière de chat et d'herbes synthétiques. L'ensemble est soigneusement peint et une plaque transparente légèrement ondulée reproduit la surface de l'eau.
Les murs du bâtiment sont initialement réalisés dans du contreplaqué de 3 millimètres alors que l'alignement des futures briques est déjà tracé au crayon. Un par un les murs sont collés, tantôt agrémentés par l'installation d'une fenêtre, tantôt par la mise en place d'une porte ou bien encore d'une ancre de mur. Les vitres sont reproduites en plastique translucide et les barreaux de fenêtre en laiton de 0,8 millimètre. Le toit est issu de plaques thermoformées du commerce. Les parties en bois sont peintes en bleu car à l'époque ce matériau était protégé contre la vermine par un « acide » qui avait cette teinte.

Le pont est en bois retravaillé au mastic pour béton. Ce même produit sert à façonner les parties accidentées de terrain. Celles-ci sont enduites d'herbe synthétique peinte de plusieurs tons de vert. Les pavés sont issus de commerce.
Les figurines proviennent à la base du commerce, mais elles sont toutes profondément retravaillées afin de les habiller comme en 1791. A ce sujet, divers renseignements, tirés d'une source sûre du Musée Royal de l'Armée à Bruxelles, ont permis de reproduire un troupier autrichien appartenant au Régiment Claude de Ligne qui était caserné à cette époque dans la région. Ce personnage est installé sur le pont afin que l'on puisse l'admirer sous un maximum d'angles. Quant aux figurines civiles, à la brouette et aux outils, ils sont reproduits en regard de l'encyclopédie Diderot citée précédemment.
La maquette est équipée d'une alimentation en 220 volts transformée en 6 volts pour le fonctionnement d'un moteur. Celui-ci, par le biais d'une boîte de démultiplication et d'un cardan, actionne la roue à la vitesse de 8 tours à la minute, vitesse qu'observe la vraie roue. Un éclairage est également installé dans l'édifice.
Les côtés de la construction sont recouverts de liège acheté en grande surface et, pour finir la présentation, la base de l'ensemble est dotée d'un cadre en aluminium brossé. Sur celui-ci est gravé « Moulin du Tordoir - Wodecq Anno 1791 »
A l'heure actuelle une coiffe en verre qui protégera l'ensemble, est en cours de finition.

Guy Ittelet, "La roue tourne pour le moulin. Série (8). Gros plan sur le petit patrimoine populaire de Wallonie", Le Soir, 06.08.2008.
Intégré au sein d'une ferme typique en quadrilatère, le moulin à eau de Tordoir à Wodecq (dans l'entité d'Ellezelles) est repris dans l'inventaire du « Patrimoine monumental de Belgique ». Sa roue est considérée comme un élément du Petit patrimoine populaire.
Daté de 1791, ce moulin borde le ruisseau du Tordoir. Il a d'abord servi à tordre des graines pour en extraire de l'huile et notamment l'huile de noix. Ensuite, il a été utilisé pour la mouture des céréales. L'extraction d'huile a été abandonnée au cours de la première guerre mondiale. Le moulin à farine a poursuivi ses activités jusqu'en 1950. La roue métallique, de 6,8 mètres de diamètre, se composait de 40 bacs.
Dans les années 1990, les propriétaires de la ferme ont souhaité remettre en marche le moulin dans le cadre d'une valorisation touristique et patrimoniale du site en collaboration avec l'Écomusée de La Hamaide.
Endommagée, la roue d'origine a du être remplacée.
Une demande de subside a été introduite en 1999 à la Région wallonne par Raoul Delfairière, propriétaire de la ferme. Le montant du subside accordé s'est élevé à 6.197 euros moyennant un accès du public au moulin ainsi que la mise sur pied d'un programme didactique et pédagogique de visite.
Reconstruite à l'identique
Les travaux ont consisté à fabriquer une nouvelle roue identique à celle existante, à l'habillage et à la vérification des meules, enfin au remplacement de 200 dents en bois. Ils ont été réalisés par une société implantée dans le Nord de la France sous la direction d'un spécialiste dans le domaine de la restauration des ailes et roues de moulins.
Le moulin Tordoir se visite - individuellement ou en groupe - chaque dimanche en juillet et août. Il est aussi accessible toute l'année sur rendez-vous.
La fête annuelle du moulin sera organisée le dimanche 17 août prochain. Le moulin tournera pour l'occasion et diverses animations (notamment un marché de produits du terroir) et expositions seront programmées sur le site de la ferme située au Vert Marais à Wodecq.

Stéphane Detaille, "Le moulin du Tordoir a retrouvé la parole", Le Soir, 21.08.2000.
Le moulin à eau de Wodecq a retrouvé sa roue: après quarante-cinq ans de silence, ses engrenages marmonnent à nouveau entre leurs dents.
Depuis quelques jours, les rouages sédentarisés du moulin du Tordoir, à Wodecq (Ellezelles), se sont remis à tourner, après plus de quarante-cinq ans d'ankylose: un ébrouement imputable à la détermination de ses propriétaires et aux subventions du programme européen Leader II qui a supporté 75 % du coût total (800.000 FB) de l'opération. Le travail revenait, pour l'essentiel, à remplacer la roue à godets du moulin, depuis longtemps dévorée par la rouille. Elle a été refaite à l'identique selon les plans dessinés par l'inévitable Jean Bruggeman: le molinologue français, après avoir sauvé une quarantaine de moulins qui battaient de l'aile dans le Nord-Pas-de-Calais, avait déjà guidé la reconstruction du moulin-pivot de Comines-ten Brielen et la récente restauration du moulin-tour d'Ostiches.
Mercredi, alors qu'un charpentier venu de Furnes assemblait les ultimes éléments de la roue tout juste sortie d'un atelier de Saint-Amand (France), Raoul Delfairière guettait avec impatience l'instant sublime où le baiser de l'eau sortirait enfin la machinerie de sa torpeur.
Par le truchement de son épouse, née Vandesande, Raoul (73 ans) est le dépositaire d'une tradition meunière ancrée dans la famille depuis le XVIII e siècle: aïeul par alliance, Philippe-Jacques Dusausoit, dit «Père Tordou», louait déjà le moulin en 1746. Joseph Vandesande, le dernier meunier, avait déjà cessé de faire de la farine lorsqu'en 1951, Raoul Delfairière avait épousé Josette, la fille de la maison: Le moulin a encore tourné jusqu'en 1954 mais il ne servait plus qu'à concasser des aliments pour le bétail, raconte Raoul Delfairière qui, avec sa fille Nicole, propose depuis quatre ans des visites commentées du moulin du Tordoir.
HUILE D'OEILLETTE
Une appellation quasi pléonastique puisqu'un tordoir n'est rien d'autre qu'un moulin à huile. Celui de Wodecq a d'ailleurs conservé, dans le beau décor de ses mécanismes parfaitement préservés, les deux meules verticales qui, des siècles durant, écrasèrent les noix, les faînes et les graines d'oeillette - une sorte de pavot oléagineux - qu'on livrait au meunier. La bouillie obtenue par broyage était alors compactée en galettes dont on exprimait l'huile dans un pressoir à pilon. Par la suite, l'outil devint ambivalent: à la fois tordoir et moulin à farine. L'huile, c'était déjà fini à la Grande Guerre, explique Raoul. La production de farine, elle, a cessé en 1950.
Si l'existence d'un tordoir à Wodecq est attestée dès le XIII e siècle - Il est mentionné, dès 1276, dans «Le Vieil Rentier d'Audenarde», signale Nicole Delfairière -, il est difficile de dater le bâtiment actuel: une solide bâtisse (bientôt classée?) qui s'extirpe du délicieux carré d'une ferme croquignolette. Ce qui est sûr, en revanche, c'est que le moulin fut restauré, et probablement agrandi, en 1791 et que son état de conservation exceptionnel en font une authentique curiosité. C'est la raison pour laquelle les Delfairière ont imaginé, en 1996, d'ouvrir les portes du tordoir au public (en collaboration, notamment, avec l'écomusée de La Hamaide).
Cette parfaite conservation du moulin rendait sa paralysie d'autant plus frustrante pour les guides et les visiteurs:le réveil du Tordoir augmentera le potentiel attractif du parc naturel du Pays des collines. L'inauguration du moulin requinqué est prévue pour le 9 septembre, dans le cadre des prochaines Journées du patrimoine justement dédiées à l'eau. A compter de cette date, le moulin servira de pied-à-terre permanent à une exposition («Les moulins tournent encore») conçue par le Centre régional d'initiation à l'environnement (Crie).
Le Tordoir ne reprendra pas seulement goût au mouvement: il retrouvera aussi l'odeur du blé dont les Delfairière, père et fille, reprendront la mouture à des fins touristiques. Le Tordoir ne livrera jusqu'à nouvel ordre que de la farine complète à ses visiteurs: les maîtres de céans hésitent encore à faire l'emplette (150.000 francs) des nouveaux tamis qui rendraient toute son efficacité au blutoir...
Le moulin du Tordoir, Vert Marais, 5, à Wodecq. Informations: 068-44.72.28.

Stéphane Detaille, "L'imminent réveil du tordoir. Wodecq", Le Soir, 22.09.1999.
Dans un an, si tout va bien, la roue sédentarisée du moulin du tordoir à Wodecq (Ellezelles) se remettra à tourner après plus de 40 ans d'ankylose: un ébrouement imputable à la détermination de ses propriétaires et... aux subventions du programme européen Leader II qui supportera 75% du coût de l'opération.
Requinqué, le moulin viendra grossir le potentiel attractif du parc naturel du Pays des Collines, entre Hainaut et Flandre.
L'appellation «moulin du tordoir» est pléonastique puisqu'un tordoir n'est rien d'autre qu'un moulin à huile.
Celui de Wodecq a d'ailleurs conservé, dans l'admirable décor de ses mécanismes parfaitement préservés, les deux meules verticales qui, des siècles durant, écrasèrent les noix, les faînes et les graines d'oeillette - une sorte de gros pavot oléagineux - qu'on livrait au meunier: la bouillie était alors compactée en galettes dont on exprimait l'huile dans un pressoir à pilon. Plus tard, l'outil devint ambivalent: à la fois tordoir et moulin à farine.
L'huile, c'était fini dès la Grande Guerre mais le moulin a continué de produire de la farine jusqu'en 1950, explique Raoul Delfairière qui, par le biais de son épouse née Vandesande, est le dépositaire d'une tradition meunière ancrée dans la famille depuis le XVIII e siècle.
Agriculteur retraité, Raoul Delfairière propose depuis trois ans des visites commentées de son moulin (notamment en partenariat avec l'écomusée de La Hamaide). Si l'existence du tordoir est attestée dès le XIIIe siècle, il est difficile de dater le bâtiment actuel: ce qui est sûr, en revanche, c'est que le moulin fut restauré (et probablement agrandi) en 1791 et que, roue mise à part, son état de conservation exceptionnel en fait une authentique curiosité. Autant dire qu'ici, on attend avec impatience l'instant sublime et émouvant où le baiser de l'eau (r)apportée au moulin sortira enfin la machinerie de sa torpeur...
Renseignements: 068-44.72.28.

"Fête au moulin du Tordoir", www. ellezelles. be (2014)
«Eul fête au moulin du Tordoû» Visite du Moulin en activité, Mouture du Blé au moulin, centrale hydro-électrique.
Waar: Vert Marais à Wodecq
Wanneer: 10-08-2014 van 11:00 tot 18:30
Wodecq - Ellezelles
Dimanche 10 août 2014 «Eul fête au moulin du Tordoû»
(La fête au moulin du Tordoir )
11 h 30 à 13 h: Concert apéritif par la «Royale philharmonie Sainte-Cécile de Wodecq».
Après-midi animée par «Harmonica Band des Colline».
A partir de 12h  Repas Campagnard. Jambon, saucisse, lard, pdt et crudités. 
Adultes: 15€ - Enfants (-12 ans): 7 € Réservation souhaitée au 068/44.72.28
Petite restauration toute la journée
TOUTE LA JOURNEE
Visite du Moulin en activité, Mouture du Blé au moulin, centrale hydro-électrique.
Expo: «Les Moulins tournent encore dans le Pays des Collines».
Sciage du bois à l’ancienne, confection de fagots par les paysans de l’Aulnoit.
Battage du blé au fléau.
Nettoyage du blé par la tarare (Moulin à vanner)
Torréfaction à l’ancienne du café.
Cuisson du pain dans le four mobile.
Tressage de cordes.
Promenades à dos d’ânes.
Marché artisanal et produits du terroir.
Organisation: Famille Delfairière-Vandesande, Vert Marais, 5 – 7890 Wodecq

Literatuur

Jacques Vandewattyne, "Inventaire des moulins du Hainaut: Arrondissement d'Ath", Hainaut-Tourisme, n° 116, juin 1966, p. 106-108;
Jules Dewert, "Les moulins du Hainaut. Tome 2. Arrondissement d'Ath", Bruxelles, 1935 (Annales du Cercle archéologique d'Ath, t. 21, p. 1-145);
"Moulins en Hainaut", Bruxelles, Crédit Communal, 1987.
"Le Moulin du Tordoir - Histoire, Moulin à Huile, Moulin à farine, Gazogène, Restauration de la roue", Catalogue de l'exposition des 21 et 22 juin 1997, Lahamaide, Ecomusée du Pays des Collines, 1996, s.p., ill., cartes.
M. de Waha, "Fortifications et sites fossoyés dans le nord du Hainaut", Hainaut n° 985, 995, Bruxelles, ULB 1983.
Communications de Jean Dugnoille, historien, Claire Dubois et la famille Delfairiére.

Persberichten
De Volksstem, 30.09.1919, p. 3/4
De Beiaard, 04.10.1919
Guy Ittelet, "La roue tourne pour le moulin. Série (8). Gros plan sur le petit patrimoine populaire de Wallonie", Le Soir, 06.08.2008.
Stéphane Detaille, "Le moulin du Tordoir a retrouvé la parole", Le Soir, 21.08.2000.
Stéphane Detaille, "L'imminent réveil du tordoir. Wodecq", Le Soir, 22.09.1999.
"Fête au moulin du Tordoir", www. ellezelles. be (2014)


Laatst bijgewerkt: zondag 25 maart 2018
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <?=$naam?>, <?=$plaats?>homevorige paginaNaar Verdwenen Molens