Molenzorg
Evere, Brussels Hoofdstedelijk Gewest
<p>Molen van Evere</p>
Foto: Marnix Bogaert, Marke, 24.07.2013
Naam

Molen van Evere

Ligging Rue du Moulin � Vent 21
1140 Evere

Rue du Tilleul 189
Windmolenstraat 21
Lindestraat 189
50° 52' 23.34" N  4° 23' 41.99" E


toon op kaart
Geo positie 50.873199, 4.395591
Eigenaar Gemeente Evere
Gebouwd 1841
Type Stenen stellingmolen
Functie Koren- en oliemolen
Kenmerken Vijf bouwlagen
Gevlucht/Rad Verwijderd
Inrichting Nog gedeeltelijk
Toestand In 2006-2008 hersteld als romp en ingericht als museum; molenvreemde kap
Bescherming M: monument, DSG: dorps- en stadsgezicht,
20.12.1990
Molenaar Geen
Openingstijden Als Brussels Museum van de Molen en de Voeding te Evere. Contact: tel. 02 245 37 79 en 02 245 34 04, e-mail: info@molenevere.be
Verwijzing

Infos, renseignements et réservations:
Au MBMA - 02/247 63 44 - 0499/86 73 50 - mbrilot@evere.irisnet.be

MBMA Rue du Moulin à vent 21 / Rue du Tilleul 189 - 1140 Evere

Internet bron

Molen van Evere

Beschrijving / geschiedenis

Deze stenen stellingmolen (vijf niveaus) werd in 1841 gebouwd door Charles Van Assche, gehuwd met Petronella Van de Velde. Dit was de dochter van François Van de Velde, molenaar op de Nedermolen in Schaarbeek. Die Charles verkreeg de toelating om een molen met drie maalstoelen te bouwen op 23 maart 1841. Charles en Petronella hadden tien kinderen. Een ervan, Philomène, huwde Frans Van Hove, molenaar op de Vellemolen te Sint-Lambrechts-Woluwe. Op een schilderij van Elise Van Leeuw uit 1842, in privaat bezit, staat de molen afgebeeld. Dit zou de enige gekende afbeelding zijn van de molen met wieken.

In 1854 kreeg de eigenaar de toelating om een stoominstallatie te plaatsen. Volgens de kadastergegevens zou deze plaatsing pas in 1873 gerealiseerd zijn. In 1882, drie jaar na de dood van Charles Van Assche, werden de wieken weggenomen en de stoominstallatie uitgebreid. Een groter gebouw van vier niveaus werd naast de molen opgetrokken. Een inscriptie in een steen vermeldt: "Vve Ch. Van Assche - Salle des cylindres - 1887". We hebben dus drie data (1873, 1882, 1887) waarin de molen een ware metamorfose ondergaat: de stoom vervangt de wind, de cylinders vervangen de maalstenen. De houten gaanderij bleef nog bestaan tot rond 1920.

In 1914 erfde Jean-Baptiste Van Assche, het laatst overlevende kind, de molen. Vanaf dan werd de ruimte vooral verhuurd voor allerlei doeleinden: van 1921 tot 1926 aan een leerlooierij met motor; vanaf 1927 aan een Tjech, Mr. Hecht, die er een fabriekje in onderbracht voor het verwerken van darmen voor beenhouwerijen; rond 1930 nam een neef, Oscar Tausig, de zaak over. Naast het verwerken van darmen, voerde deze kruiden en specerijen in, en maakte kruidenmengsels voor vleesproductne. Kruiden werden de enige activiteit van het bedrijf. Alfons Van Hove, eigenaar sinds het overlijden van Jean-Baptiste Van Assche in 1924, overleed op zijn beurt in 1951. De molen kwam dan in handen van de juffrouwen Rons. Ze werkten mee in de zaak Tausig en zetten ze verder na diens overlijden in 1970. In 1983 werd de zaak verkocht aan ISFI (International spice and food import) te Braine-l'Alleud. Onder impuls van een groep vrijwilligers verzameld rond Alain Doornaert van de vereniging CEBE, kocht de gemeente Evere de molen in 1998 aan van de gezusters Rons. Zij bewoonden het vroegere molenaarshuis, dat thans (2005) leeg staat. Het ligt in de bedoeling om de molen, die op 20.12.1990 als monument werd beschermd, als romp te herstellen en de grote tuin (beschermd als site) als groene long in stand te houden. De restauratie, naar een ontwerp van architect Georges Piron uit Elsene, voorziet een grondige restauratie van de romp en van het interieur. Een completering als windmolen wordt evenwel niet voorzien. Rondom de kuip wordt opnieuw de gaanderij aangebracht. Op 29 november 2005 ging in het gemeentehuis van Evere een algemene offerteaanvraag door voor deze restauratie. Deze werken werden in 2006-2008 uitgevoerd. De molenromp werd ingericht als een museum over zijn geschiedenis en de voedingsnijverheid: "Brussels Museum van de Molen en de Voeding te Evere".

-------

Le moulin d'Evere est le dernier moulin à vent ancien de la région bruxelloise. C'est son état de délabrement qui a mis la CEBE en branle dès 1996.
Ce moulin est un monument important pour la région comme témoin de son passé rural et industriel.
De l'artisanat à la petite industrie
Le passage du moulin traditionnel à la petite industrie meunière illustre l'explosion démographique de Bruxelles.
Au milieu du XIXème siècle, après des siècles de croissance très lente, la ville voit sa population croître de façon spectaculaire. Le moulin d'Evere s'agrandit pour couvrir la demande en farine et pain de ces nouveaux bruxellois.
Malgré l'introduction de la vapeur et des techniques de pointe de l'époque, la concurrence de minoteries géantes a tué la meunerie éveroise.
Peu de temps après l'arrêt du moulin, un fabriquant de chaudière pour le forçage du chicon s'y installe. Il illustre un épisode terrible de l'Europe occidentale: la crise née de l'invasion des blés étrangers qui va plonger dans la misère et guider vers les fabriques une masse de travailleurs agricoles. Les paysans de Schaerbeek et d'Evere vont se reconvertir avec bonheur dans la production d'un nouveau légume: le chicon. Ensuite, la fin de l'histoire économique du moulin d'Evere rejoint son début : la mouture reparaît, mais cette fois-ci avec la production d'épices.
Mais l'histoire n'est pas le seul intérêt du moulin d'Evere. Le bâtiment du moulin à vent, celui du moulin à cylindres qui l'enlace, les maisons des meuniers, le chemin en moellons qui réunit ces constructions et le parc arboré, fleuri, forment un ensemble attachant.

Chronologie
1841
Un moulin-tour en brique avec galerie a été construit en 1841 à Evere près de Bruxelles pour moudre la farine.
A l'origine, des ailes de 22 mètres d'envergure faisaient tourner trois paires de meules.
1853
Pour faire tourner les meules quand il n'y a pas assez de vent, on a ajouté une machine à vapeur.
1886
Les ailes sont enlevées et une petite usine est construite contre le moulin. Elle est équipée de nouvelles machines à cylindres, qui augmentent sensiblement le rendement.
1911
La concurrence des grands moulins installés sur le canal de Charleroi à Anvers va tuer le moulin d'Evere. Les différentes parties des bâtiments vont ensuite être loués à des activités très diverses.
1914-23
Fabrique de thermosiphons, de petites chaudières pour le forçage du chicon. Evere et Haren sont le berceau international de ce légume (appelé " endive " en France
1920-27
Tannerie-Chromerie du moulin
1922-31
Fabrique de machines à bois "Van Hove"
1925
Scierie de bois en grume
1927-42
Boyauderie, nettoyage de boyaux pour la boucherie et la charcuterie
1940-48
Atelier de réparation de machines
1935-83
Mouture d'épices Oscar Tausig
Dès l'origine et au moins jusqu'en 1931, les autres bâtiments autour du moulin forment une ferme.
L'action de protection du Moulin est représentative de l'action de la CEBE-MOB (Commission de l'Environnement de Bruxelles et Environs asbl - Milieu Commissie Brussel en Omgeving vzw), une association sans but lucratif née en 1989.
En 1994, l'association prend conscience de la menace qui pèse sur le moulin : abandonné, il se détériore par manque d'entretien.
Des contacts sont entamés avec les propriétaires et les autorités
Une étude du patrimoine du moulin est lancée
Des animations-actions de sensibilisation sont organisées pour le public, la presse, les autorités
Une publication est éditée
Création d'un potager d'herbes aromatiques
En 1997, la CEBE se voit confier par le Ministre Eric André (Région Bruxelloise), la réalisation d'une étude «Sauvegarde et mise en valeur du Moulin d'Evere».
L'étude, d'une centaine de pages, détaillera tous les éléments de l'histoire et de l'état du moulin.
En 1998, le moulin est acheté par la Commune d'Evere. Il est sauvé.
La CEBE continue à valoriser le site par des animations.
La CEBE est associée par la Commune d'Evere au devenir du Moulin.
Le projet de restauration est confié à l'architecte Georges Piron.
Il est spécialisé dans les monuments anciens (Collégiale Saint-Guidon d'Anderlecht, Eglise Saint-Boniface, Fournil de l'Hof ter Musschen, ...)
Cet architecte est sensible à la préservation non seulement des bâtiments, mais également au charme que les ans lui ont apporté.
Le projet de la Commune est de développer un centre culturel et un lieu d'animation sur l'alimentation. Le moulin sera occupé par:
- des salles d'exposition permanentes sur l'histoire et les machines du moulin
- des expositions temporaires d'artistes
- une salle de conférence
- un local pour les animations adaptées aux écoliers.
Un local est aussi prévu pour la CEBE, au sommet du moulin à vent.
Les travaux de restauration commencent en 2006 et sont terminées en 2008.
Texte français/ Franstalige tekst: Alain Doornaert, CEBE asbl / MOB vzw

<p>Molen van Evere</p>

Het museum. Foto: Denis Van Cronenburg, 07.03.2010

<p>Molen van Evere</p>

Voor de renovatie. Foto: (c) CEBE-MOB, 2004

<p>Molen van Evere</p>

Toestand rond 1900. Foto: coll. CEBE-MOB

<p>Molen van Evere</p>

Schilderij van Elise Van Leeuw (detail), 1842. Foto: coll. CEBE-MOS

<p>Molen van Evere</p>

Plan van de 5de zolder. Arch. Georges Piron, 2004.

Aanvullende informatie

Restauratie van een geklasseerd monument, zijnde de molen van Evere, en zijn transformatie in museum voor de voedselproductie, met tentoonstellingsruimten, vergaderzaal, atelier, enz.
Intekendatum: 29.11.2005, 11 u.
Molen: Evere, Molen van Evere / Moulin d'Evere - stenen stellingmolen, museum van de voeding
Bouwheer: Gemeente Evere
Ontwerper: Atelier d'Architecture Georges Piron, Elsene
Opdracht: Algemene offerte-aanvraag voor de restauratie en zijn transformatie in museum voor de voedselproductie, met tentoonstellingsruimten, vergaderzaal, atelier, enz.; o/cat. D24, kl. 6 (i.p.v. kl. 5); 300 werkdagen
Plaats aanbesteding: Gemeentehuis, Dienst Openbare Werken - Gebouwen, 1140 Evere
Offertes:    Sintra  nv,  Anderlecht;  Groupe  Thiran  sa, Achêne;  Monument nv,  Ingelmunster; Corda Jean Et. sprl, Battice; PIT nv, Liègeois G. & Y., Battice
Toewijzing: Monument nv, Ingelmunster

Interview réalisée le 7 juillet 2004 par Memogrames avec Rudi Vervoort, maire de Evere, pour compte de Opladis
Pour nos lecteurs qui, de passage à Bruxelles, souhaitent faire un petit saut à Evere, que faut-il venir y voir ou éventuellement y goûter?
Evere fait partie de ces communes de deuxième couronne qui n’ont pas, vu leur passé agricole, développé un patrimoine architectural particulièrement remarquable. Il y a quand même l’église Saint-Vincent (un bâtiment classé) mais surtout le moulin d’Evere qui est le témoin de l’activité économique du siècle passé et a heureusement été maintenu: on l’a reconverti en moulin à épices.
Jusqu’à la fin des années 60, on y produit poivre et autres condiments. L’ensemble du site est dans un écrin de verdure. C’est une petite venelle avec un groupe de maisons et on a acquis le tout fin 1998 pour y développer un projet de rénovation avec une association environnementaliste. Nous en sommes au projet d’études et essayons d’obtenir l’accord de principe de subsides, l’idée étant que, d’ici un an et demi à deux ans, on puisse finaliser la rénovation de ce site. On ouvre déjà lors des Journées du Patrimoine, mais on ne peut pas accéder au moulin pour des raisons de sécurité. Lorsqu'il sera rénové, ce sera vraiment un endroit à conseiller.
C'est pourquoi, si le chicon de pleine terre n’est pas aujourd'hui un produit de luxe, il y a quand même une nette différence de prix, car il est incomparable au goût.
Toujours à propos du chicon, derrière la Maison communale, l'ancienne ferme du Geuzenberg abrite le Musée de la Witloof, où l’on retrouve tout l’historique de la culture du chicon à Evere. Des activités y sont régulièrement organisées : la criée, des fêtes d’habitants, etc...

Steven Van Garsse, "Huisjes aan Everse molen ter discussie", www.brusselnieuws.be, 16.02.2008.
Evere - Architect Georges Piron, die de molen van Evere restaureert, vindt dat de pittoreske arbeidershuisjes in het park rond de molen geen sociale woningen mogen worden. Piron was gevraagd om met de restauratie voor de molen ook de bijbehorende arbeidershuisjes aan te pakken en er woningen van te maken, maar dat ziet hij niet zitten. "De huisjes zijn beschermd. Er comfortabele woningen van maken is zo goed als onmogelijk." Volgens hem zijn de huisjes ook nodig voor het toekomstige molenmuseum.
Schepen Jean-Luc Liens (SP.A), bevoegd voor Grondregie, geeft toe dat de voorschriften van Monumenten en Landschappen een en ander bemoeilijken, "maar het is toch een beetje kras dat een architect ingaat tegen de wens van de klant. We hebben dan ook besloten om een andere architect aan te nemen voor de huisjes." Liens zegt dat het ook niet om sociale woningen gaat, maar om woningen die de gemeente tegen een voordelig tarief verhuurt. Er komen een kangoeroewoning, een conciërgewoning en een ‘gewone woning'.

"Molen van Evere wordt voedingsmuseum", TV Brussel, 21.02.2008.
Evere - In Evere zijn de restauratiewerken van de negentiende-eeuwse windmolen bijna voltooid. De oude molen is een overblijfsel van de periode toen Evere nog een plattelandsgemeente was. Vanaf september komt er een nieuw voedingsmuseum in. Verscholen achter bomen en huizen in de Lindestraat herstellen vaklui de molen in zijn oude glorie. En vanaf september wil Evere met haar erfgoed uitpakken. De molen uit 1841 wordt dan een gloednieuw voedingsmuseum. "We willen de mensen laten zien wat hier vroeger gekweekt werd, voor Evere een deel van een grootstad werd," zegt schepen van Toerisme Pierre Muylle (PS). "Vroeger werd hier veel voeding geproduceerd voor de stad Brussel, vooral witloof." De renovatiewerken van de windmolen hebben heel wat voeten in de aarde. Duurzaam renoveren met respect voor de authenticiteit is een moeilijke evenwichtsoefening. Maar twaalf jaar na de aankoop van de bouwvallige molen kan Evere weldra met haar trots uitpakken.

Molen van Evere: restauratie officieel van start
(sf op 13 juni 2006).
Op 12 juni 2006 is de restauratiewerf van de molen officieel ingehuldigd door Burgemeester Rudi Vervoort en schepenen Jean-Luc Liens en Pierre Muylle, in aanwezigheid van staatssecretaris Emir Kir.
De molen van Evere werd gebouwd in 1841 en getuigt van het industriële en economische verleden van onze gemeente. Dit stukje erfgoed is overigens opgenomen in het nieuwe logo van het gemeentebestuur.

 

De windmolen vermaalde het graan door een speciale vooruitstrevende techniek tot mooie witte bloem. De wieken werden in 1886 overbodig door de bouw van de cilindermolen. Later werd de molen gebruikt voor het malen van specerijen.
In 1990 werd de molen een beschermd monument. Op 17 december 1998 kon het gemeentebestuur de molen aankopen, om hem te restaureren en opnieuw een functie te geven.
Nu de financiering rond is - met een aanzienlijke subsidie van het Brussels Gewest - en de nodige vergunningen in orde - wat niet eenvoudig is bij een beschermd monument - kan gestart worden met de werkzaamheden. Die zullen minstens anderhalf jaar duren.
Ons geduld zal echter beloond worden, want er komt:
- een polyvalente zaal voor onthaal, workshops, cursussen,... met sanitair in het bijgebouw
- op de begane grond van de windmolen en van de cilindermolen worden zalen voor tijdelijke tentoonstellingen voorzien
- op de eerste en de tweede verdieping van de cilindermolen en de andere verdiepingen van de windmolen is er ruimte voor permanente tentoonstellingen
- op de derde verdieping van de cilindermolen komt een vergaderzaal, onder meer voor de culturele verenigingen
- in het park is er plaats voor rustruimte, een kruidentuin en een beschutting voor de witloofkar.
De restauratie aan de buitenkant zal gebeuren met een volledig respect van de bestaande situatie en met de technieken van de tijd. Het enige element dat wordt toegevoegd aan wat er nu is, is de molenaarsloopbrug.
De afwerking binnenin en de inrichting gebeuren volgens de hedendaagse normen, maar met zoveel mogelijk eerbied voor het oorspronkelijke karakter van de ruimtes.

Gilles Quoistiaux, "Le moulin a enfin son musée. Evere. Inauguration du MBMA", Le Soir, 19.09.2008.
Le moulin d'Evere renaît de ses cendres. Après avoir acquis le bâtiment voici dix ans, et avoir quelque peu hésité sur son affectation, la commune inaugure les portes du Musée Bruxellois du Moulin et de l'Alimentation (MBMA).
Destiné notamment aux écoles, qui y auront accès gratuitement, le musée présente - on s'en serait douté - tout l'attirail du parfait petit meunier. Graphiques, meules d'époque, historique des lieux et. petit quizz récapitulatif à l'appui.
La collection permanente se double d'expositions temporaires, d'une durée d'un an. Des cuisines ont également été aménagées, afin de passer de la théorie à la pratique après la visite.
L'ensemble du réaménagement est financé à hauteur d'1,3 million d'euros par la région bruxelloise, via les Monuments et Sites. Datant de 1841, l'immeuble et les jardins avoisinants sont en effet classés depuis 1990. À l'abandon depuis lors, ils vivent une deuxième jeunesse. Le bourgmestre Rudi Vervoort (PS) s'en réjouit : «Un patrimoine qui ne vit pas n'a pas d'intérêt à mes yeux», dit-il.
La gestion du musée, qui ouvre ses portes dès aujourd'hui au public, sera assurée par la commune. En attendant une éventuelle reconnaissance par une instance communautaire.
Rue du Moulin à Vent, 21
Entrée : 3 euros par personne

Anne-Cécile Huwart, "Un vent de rénovation souffle sur le moulin. Evere. Début du chantier du Musée de l'alimentation", Le Soir, 13.06.2006.
Avec l'église Saint-Vincent, classée elle aussi, le moulin d'Evere est considéré comme l'emblème de la commune. Le vestige a traversé les âges, s'adaptant aux évolutions de la société. Mais les vents du progrès ont fini par souffler les derniers occupants. Pour ne laisser qu'un espace creux, masqué par la verdure du parc de la rue du Tilleul.
Après 30 ans d'inactivité, le moulin et ses dépendances ont été rachetés par la commune en 1998. Avec dans l'idée d'en faire un centre culturel et un lieu d'animation sur l'alimentation. Le début du chantier a été inauguré ce lundi. Ils devraient se terminer au printemps prochain.
«Comme le site est classé, les procédures ont été très longues», commente Rudy Vervoort, bourgmestre (PS) d'Evere.
À l'origine de la revalorisation du moulin: la Commission de l'environnement de Bruxelles et environs (CEBE). « Nous avons nettoyé le site, enlevant poutres et vieux matériel, explique Christian Rombaux, de la CEBE. Nous les avons mis en valeur lors d'animations. Nous avons également stimulé les différents acteurs pour remettre ce vestige en état.»
À commencer par Germaine Rons, décédée en 2001, descendante du constructeur du moulin et dernière habitante du site. Sans oublier la commune qui a racheté l'endroit pour 450.000 euros.
La Région a quant à elle fourni 1.285.000 euros pour la rénovation du vestige, ce qui devrait couvrir 80 % des travaux.
Le futur « Musée de l'alimentation » comprendra une salle polyvalente, des ateliers, des salles d'exposition... Le parc sera lui aussi réaménagé avec des espaces de repos et un potager d'herbes condimentaires.
Construit en 1841, le moulin d'Evere fut renforcé d'un mécanisme à vapeur en 1853. Mais face à la concurrence du blé à prix cassé venus des Etats-Unis, la petite entreprise ne peut rivaliser. Le moulin cesse de moudre le grain au début du XXe siècle. Dans l'entre-deux-guerres, le lieu est utilisé pour broyer des épices servant à assaisonner la charcuterie.
«Le restaurant social que nous espérons créer dans le Musée du chicon serait un excellent complément à ce projet, commente Rudy Vervoort. Mais la balle est aujourd'hui dans le camp de l'actuel propriétaire qui n'a toujours pas accepté notre offre.»

Emilie Haquin, "Le vieux moulin sera restauré à l'identique. Evere. Musée de l'alimentation?" Le Soir, 23.05.2005.
Le dernier moulin à vent en briques de Bruxelles est à l'abandon depuis 1983. Ce monument historique, construit en 1941, a été classé en 1990. Jeudi, la commission de concertation a rendu un avis favorable sur le projet de restauration présenté par la commune. A terme, le moulin devrait accueillir un musée alimentaire, avec un espace d'expositions temporaires, deux étages pour les expositions permanentes et un atelier destiné à des activités scolaires. Le coût prévu de l'opération est de 2.450.000 euros, dont 1.334.000 subsidiés par la Région.
La Commission d'environnement de Bruxelles et environs (Cebe) s'intéresse au moulin d'Evere depuis qu'il a cessé ses activités. Elle y organise, chaque dernier dimanche du mois et d'avril à septembre, des visites guidées du moulin et du potager aromatique, assorties de dégustations liées aux épices, en souvenir de la dernière activité commerciale : la mouture d'épices.
La Cebe s'est donc penchée sur le projet communal et le trouve excellent : L'intervention respecte bien le bâtiment original tout en le rendant plus fonctionnel, explique Alain Doornaert de la Cebe. La seule chose que l'on peut regretter, c'est que les Monuments et Sites n'aient pas rendu également un avis favorable pour le reste du parc.
En effet, le parc où est érigé le moulin contient plusieurs petites maisons, aux façades et toitures classées. La commune avait rentré un projet, mais les Monuments et Sites l'ont rejeté lors de la commission de concertation du 24 mars à cause de modifications jugées trop radicales à l'intérieur des bâtiments. Le projet comprenait notamment l'aménagement de cinq logements.
Le moulin sera donc restauré à l'identique. On a même prévu de reconstruire la galerie, démolie dans les années 1930, qui entourait le bâtiment et permettait au meunier de tendre la toile sur les ailes du moulin et de les orienter au vent. Les ailes, par contre, ne seront pas reconstruites.

Gilles Béchet, "Les bonnes herbes du moulin Nature - Ce samedi, goûter à la nouvelle vie très verte du moulin d'Evere, loin de l'agitation de la ville. Les bonnes herbes du moulin", Le Soir, 22.04.2005.
Nature - Ce samedi, goûter à la nouvelle vie très verte du moulin d'Evere, loin de l'agitation de la ville. Gilles BéchetCe fut longtemps l'un des secrets les mieux gardés de la commune bruxelloise d'Evere. Si discret derrière son écran de frondaisons que même de nombreux riverains en ignoraient l'existence. Construit en 1841, le dernier moulin à vent de la Région bruxelloise est un témoin unique de la mutation d'une économie artisanale et paysanne vers la société industrielle.
Bâtiment atypique construit en briques, il apparaît au moment où Bruxelles attire une masse de main-d'oeuvre chassée des campagnes par la crise de l'agriculture et la mécanisation. Ouvert aux innovations de son temps, le meunier fut un des premiers à adopter la technique de la mouture à cylindres actionnés par une machine à vapeur. Le moulin laisse définitivement tomber les ailes quelques décennies plus tard. La concurrence des minoteries industrielles amena pourtant la meunerie à cesser toute activité au début du XXe siècle. Le bâtiment abrita encore diverses activités avant de devenir un moulin à épices destinées à la boucherie charcuterie. Aujourd'hui fort dégradé, le bâtiment qui n'a toutefois rien perdu de son élégante silhouette, garde les traces de ses activités industrielles successives. Le charme qu'il dégage tient aussi à l'écrin de verdure qui l'entoure et le protège de l'agitation de la ville.
Aujourd'hui propriété de la commune, le moulin est sur le point d'être restauré grâce à la ténacité d'une poignée de passionnés.
Habitant du quartier, Alain Doornaert découvrit le site par hasard et en tomba amoureux. Il noua le contact avec les descendantes du premier meunier qui habitaient toujours la propriété. En 98, il décida avec la Commission de l'Environnement de Bruxelles et Environs, d'y insuffler un peu de vie en y créant un potager d'herbes aromatiques et condimentaires. Un choix logique qui prolongeait les activités de la firme Oscar Tausig qui occupa le moulin jusqu'en 1983. Depuis trois cents ans, ce terrain n'a jamais été qu'un potager. Nous avons eu envie de montrer les plantes aromatiques utilisées séchées dans la cuisine. Une soixantaine de plantes réparties en sept types : les herbes de Provence, les alliacées, les amères, les douces, les anisées, les piquantes et les inclassables, occupent ces anciennes terres à chicon.
Cultivées en pleine terre, toutes les plantes sélectionnées peuvent se développer sous nos latitudes. Certaines nous sont familières comme le thym, le romarin ou l'estragon, alors que d'autres ne sont plus très consommées.
L'orvale, par exemple, de la famille des sauges, était fort répandue au Moyen Age. La rue, répandue dans les pays chauds, entre dans la composition de la grappa. Chaque carré recèle son lot de découvertes, que ce soit pour leurs parfums - comme ceux de la livèche (céleri perpétuel) et de l'hysope, herbe de Provence un peu tombée dans l'oubli - ou pour leurs floraisons printanières comme celles de la guimauve aux fleurs proches de l'hibiscus.
Chaque mois, les gestionnaires du site invitent le public à découvrir ces parfums et goûts méconnus ou oubliés. Une partie de l'animation est assurée avec faconde par Robert Moreels, ancien boucher-charcutier qui a longtemps vendu des épices sur les marchés. Au programme : dégustation d'une grande variété de fromages blancs aux herbes aromatiques ou encore d'omelettes à la tanaisie et à l'oseille. On servira aussi du café aromatisé à la cardamome, traditionnellement consommé dans la péninsule arabique. Jardiniers de balcon ou de petit lopin, ce rendez-vous vert est pour vous et vos papilles. Au pied de la majestueuse tour de moulin s'échangeront certainement les trucs et astuces qui rendent les doigts un peu plus verts.
Première animation, ce samedi 23 avril dès 14 h. Et chaque 4e samedi du mois d'avril à septembre - Rue du Tilleul, 181 à Evere. Infos : 02/242 82 94 (en soirée).

Aurore d'Haeyer, "Evere. Assiette fiscale en hausse sans nouveaux impôts Politiques culturelles et sociales à l'honneur pour l'an 2000", Le Soir, 02.11.1999.
Le dernier budget de la législature a été voté et personne ne sera étonné, à moins d'un an des élections communales, qu'il ne réserve aucune augmentation d'impôt. En clair, l'impôt sur les personnes physiques reste à 6 %, et les centimes additionnels au précompte immobilier à 2300. (...)
Moulin à vent. Les cinquante millions nécessaires pour la rénovation du moulin à vent seront aussi débloqués en 2000. Cette somme devrait permettre de faire du vieux moulin, un lieu d'animation sur l'évolution de l'alimentation à Bruxelles; un projet ambitieux à vocation pédagogique qui ne verra cependant pas le jour avant un an et demi.

Marie-Line Gabriël, "Le modèle budgétaire d'Evere", Le Soir, 16.11.1998.
Bel exploit que de présenter aussi tôt dans l'année le portefeuille budgétaire de 1999. Pierre Muylle, en charge des finances everoise depuis février, n'est d'ailleurs pas peu fier de présenter sa première copie, qui maintient le cap de l'équilibre tout en conservant une des fiscalités les plus basses de la Région bruxelloise.
Le patrimoine n'en est pas négligé: la restauration du vieux moulin à vent absorbe 50 millions.

"Evere. Le moulin est classé!", Le Soir, 02.01.1991.
Meunier, tu dors! Ton moulin est classé! Georges Désir, le ministre bruxellois du Patrimoine vient de faire classer l'ancien moulin à vent de la rue du Tilleul à Evere. C'est ainsi que la tour en briques et l'aile du bâtiment, la cheminée ainsi que l'ancienne machine à vapeur sont classés comme monuments. Quant au site protégé, il comprend, outre les bâtiments classés, l'ancienne habitation du meunier, le chemin pavé et le jardin d'agrément.

François Robert, "Le vieux moulin d'Evere en voie de classement. Un témoin rural du XIXe  dans un faubourg urbanisé au XXe", Le Soir, 14.11.1990.
Il aura fallu attendre dix ans pour que le vieux moulin d'Evere fasse partie du patrimoine bruxellois protégé. D'ici la fin de l'année, en effet, ce monument sera officiellement classé puisque les derniers verrous de la procédure de classement viennent de sauter.
L'événement est d'autant plus important que ce moulin est la premier bâtiment everois protégé...
Il ne reste plus grand-chose d'un vieil Evere. Au XIXe, ce lointain faubourg agricole était surtout composé de grosses fermes. Avec le fulgurant développement de l'après-guerre, le paysage est devenu urbain. De grands axes routiers ont éventré la campagne, les immeubles tours ont poussé partout. L'architecture paysanne n'est plus représentée que par quelques rares fermes et, bien sûr, le moulin d'Evere.
Celui-ci est aujourd'hui englobé parmi les habitations des rues du Tilleul et... du Moulin à Vent. Il fut construit en 1841 et mécanisé quinze ans plus tard (il utilisait la vapeur). Il fonctionna jusqu'en 1885, date à laquelle il fut dépouillé: ses pièces principales furent démontées et ses ailes servirent à la construction d'un autre moulin dans la région d'Anvers.
Toujours propriété privée, ce moulin est actuellement inoccupé. En 1979, la commune a entamé une procédure de classement. Hélas, la lenteur du cheminement (et le manque d'intérêt des autorités compétentes) ont renvoyé dans les oubliettes ce projet. Ce n'est qu'après la création de la Région bruxelloise qu'Evere, profitant d'une procédure beaucoup plus rapide, a relancé l'idée.
En juillet 89, le collège everois émettait un avis favorable tandis qu'un arrêté de l'Exécutif autorisait une nouvelle enquête publique. Elle a eu lieu en mars de cette année.
Le dossier est ensuite parti à l'urbanisme régional où il vient de recevoir les derniers avis favorables. Seront protégés le corps en brique de l'ancien moulin à vapeur, la cheminée, le chemin pavé et l'ancienne habitation du meunier.
Dans moins de trois semaines, estime-t-on, Evere aura son premier monument classé. Il reste à souhaiter qu'il y en aura encore quelques autres, même si, objectivement, il ne reste plus beaucoup de bâtiments à protéger dans cette commune.

Literatuur

J. Delcour & L. Denewet, "Molenromp in Evere wordt hersteld", in: Molenecho's, XXVI, 1998, nr. 3, p. 118;
J. Delcour, "Een klantenregister gevonden in de molen van Evere", in: Levende Molens, XXII, 2000, 6, p. 63-66;
J. Delcour, "De windmolen van Evere", in: Levende Molens, XIX, 1997, nr. 3.
Paul Bauters & Marc Villeirs, "Les moulins à eau et à vent de Woluwe-Saint-Lambert et de la région bruxelloise. Histoire et technologie / Water- en windmolens van Sint-Lambrechts-Woluwe en van het Brussels gewest. Geschiedenis en techniek", Woluwe-Saint-Lambert/Sint-Lambrechts-Woluwe, 1996 (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, cahier n° 2 / Gemeentelijk museum van Sint-Lambrechts-Woluwe, tijdingen n° 2);
P. Cnops, "Wind- en watermolens te Evere en te Schaarbeek", in: Eigen Schoon en de Brabander, XLIII, 1960, p. 344-354;
P. Cnops, "Evere in oude prentkaarten", Zaltbommel, 1972;
M.A. Duwaerts, "De molens in Brabant", Brussel, Dienst voor Geschiedkundige en Folkloristische Opzoekingen van de Provincie Brabant, 1961;
Herman Holemans, "Kadastergegevens: 1835-1980. Brabantse wind- en watermolens. Deel 1: arrondissement Brussel-Hoofdstad", Kinrooi, Studiekring 'Ons Molenheem", 1989;
Alain Doornaert, "Moulin d'Evere, Dernière mouture", 2003, 24 p., kleurkaft;
Bouwkroniek, 4 november 2005, p. 20.
Pierre-Jean Tribot, "Un itinéraire de promenades illustré à travers les patrimoines d'une commune méconnue", CFC-Éditions, 2006, 11 x 22,5 cm, 72 p., 100 illustraties (met een hoofdstuk: "Un moulin dans la ville")

Persberichten
Steven Van Garsse, "Huisjes aan Everse molen ter discussie", www.brusselnieuws.be, 16.02.2008
Gilles Quoistiaux, "Le moulin a enfin son musée. Evere. Inauguration du MBMA", Le Soir, 19.09.2008.
Anne-Cécile Huwart, "Un vent de rénovation souffle sur le moulin. Evere. Début du chantier du Musée de l'alimentation", Le Soir, 13.06.2006.
Emilie Haquin, "Le vieux moulin sera restauré à l'identique. Evere. Musée de l'alimentation?" Le Soir, 23.05.2005.
Gilles Béchet, "Les bonnes herbes du moulin Nature - Ce samedi, goûter à la nouvelle vie très verte du moulin d'Evere, loin de l'agitation de la ville. Les bonnes herbes du moulin", Le Soir, 22.04.2005.
Aurore d'Haeyer, "Evere. Assiette fiscale en hausse sans nouveaux impôts Politiques culturelles et sociales à l'honneur pour l'an 2000", Le Soir, 02.11.1999.
Marie-Line Gabriël, "Le modèle budgétaire d'Evere", Le Soir, 16.11.1998.
"Evere. Le moulin est classé!", Le Soir, 02.01.1991.
François Robert, "Le vieux moulin d'Evere en voie de classement. Un témoin rural du XIXe  dans un faubourg urbanisé au XXe", Le Soir, 14.11.1990.
André Grosemans, "De geschiedenis van het ontbijt", in: Het Nieuwsblad, 25.09.2010.
"On se cultive nature Expos", Le Soir, 26.06.2010.
"Tout le monde dehors ! Sosies", Le Soir, 03.04.2010.
Herman Ricour, "Molen van Evere. Van leer tot darmen", Het Nieuwsblad, 30.07.2011.
Robin De Becker, "De zoete geschiedenis achter snoep", Het Nieuwsblad, 24.09.2011


Laatst bijgewerkt: zaterdag 24 maart 2018
Stuur uw teksten over deze molen Stuur een (nieuwe) foto van deze molen  

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in databasezoek op provincieStuur een e-mail over molen <?=$naam?>, <?=$plaats?>homevorige paginaNaar Verdwenen Molens