Molenzorg
Sint-Gillis, Brussels Hoofdstedelijk Gewest

Photo coll. J.P. Vingerhoed, Corroy-le-Grand
Algemeen
Collectie
Verdwenen Belgische Molens
Naam

Nieuwmolen

Ligging
rue de France
1060 Sint-Gillis

au coin de la rue de l'Instruction
sur la Senne / op de Zenne
hoek van de Frankrijk- en Onderwijsstraat
Denemarkenstraat
grens met Anderlecht


toon op kaart
Type
Onderslag watermolen
Functie
Korenmolen
Gebouwd
voor 1262
Verdwenen
1935, ontmanteld / 1955, sloop gebouw
Beschrijving / geschiedenis
De Nieuwmolen werd voor het eerst in 1262 vermeld. Hij was gelegen op de Zenne, op de as met de huidige Denemarkenstraat, onder de huidige spoorlijnen, op de grens van Sint-Gillis en Anderlecht.   De molen werd in 1453 verpand aan de stad Brussel. De stad gaf hem in 1469 terug aan graaf Karel, maar werd in 1650 opnieuw eigendom van de stad. en ingericht als verdedigingspost.   De stad Brussel verkocht hem in 1818 aan een olieslager.    Eigenaars na 1830:
- voor 1834, eigenaar: De Ridder Peter, rentenier te Brussel
- 1845, erfenis: De Ridder Joannes Franciscus en compagnie, te Sint-Gillis
- 12.06.1846, verkoop: De Mol Petrus, molenaar te Sint-Gilis (onderhandse akte)
- 22.03.1892, verkoop: Everaerts-De Mol August en kinderen van de vrouw, rentenier te Meise (notaris Groseman)
- 16.08.1905, deling: Everaerts-Grégoire Auguste, eigenaar te Schaarbeek (notaris Lamal)
- 11.07.1920, erfenis: en de kinderen (overlijden)
- 18.11.1921, erfenis: de kinderen (overlijden)
- 16.03.1921, verkoop: Grégoire Barthélemy, handelaar te Antwerpen (notaris Lamal)
- 29.08.1935, verkoop - koninklijk besluit: Office national pour l'achèvement de la Jonction Nord-Midi (est un organisme des Domaines de l'Etat, créé pour la durée des travaux).   Bij de Nieuwmolen stond een kroeg met dezelfde naam. Deze kroeg en de molenvijver vormden een gegeerde pleisterplaats. Soms leidde dat tot gevaarlijke situaties. Zo werd bij het vallen van de avond op 10 juli 1835 een bader aan de Nieuwmolen, die bijna verzwolgen was door het water, op heroïsche wijze gered. De Nieuwmolen, in de wijk van het Zuidstation, werd een van de meest bezochte zwemoorden; Als reactie op de talrijke verdrinkingen, nam molenaar Petrus De Mol, die ook  de kroeg met dezelfde naam openhield, rond 1850 het initiatief om de waterbekkens beter in te richten. Hiertoe bouwde hij barakken rond zijn molen en voorzag hij een springplank, een duikplank en een zwemladder.   In 1846 was de molen ingericht als een graan- en pelmolen. In 1885 werd ook gemalen met een stoommachine. In 1890 werd de molen een dubbelmolen met het molengebouw op de andere oever van de Zenne, grondgebied Anderlecht. Er gebeurde een grondige verbouwing in 1895. In 1914 gebeurde een gedeeltelijke afbraak. De site werd in het kadaster beschreven als een watermolen en een werkhuis met motor.   Het molengebouw werd in 1931 omschreven als huis. Het was in 1951 erg vervallen geraakt en werd in 1955 gesloopt bij de overwelvingswerken van de Zenne.   Zie ook onder: Anderlecht, Nieuwmolen   Lieven DENEWET & Herman HOLEMANS   ---------------------------------

De Nieuwmolen van Anderlecht & Sint-Gillis was een watermolen op een arm van de overwelfde Zenne, aan de oostzijde van de huidige Frankrijkstraat (nr. 50), aan de westzijde van de spoorweg, op de grens van Sint-Gillis en Anderlecht.

Hij werd voor het eerst vermeld in 1262 als een bezit van de hertogen van Brabant. Deze stonden de molen in 1453 af aan de stad Brussel, maar Karel de Stoute (hertog van Bourgondië) verwierf de molen in 1469. De stad Brussel werd opnieuw eigenaar in 1600 en verkocht de molen in 1818 aan een De Ridder.

We zien hem o.m. aangeduid op de kaart van Van Deventer (ca. 1560), de Fricxkaart (ca. 1712), op de Ferrariskaart (ca. 1775) met de benaming "Heuver Molen" en op de topograifsche kaart van Ph. Vandermaelen (1858) als "M(oul)in du Bras de la Senne ou Nieuwe Molen".

In 1890 werd op Anderlechts grondgebied, als uitbreiding, een graanmolen door water en stoom opgericht.

Eigenaars:
- voor 1262 tot 1453, eigenaar: hertogen van Brabant
- 1453, (voorlopige) afstand: stad Brussel
- 1469, afstand: Karel de Stoute, hertog van Bourgondië
- 1600, afstand: stad Brussel
- 1818, verkoop: De Ridder
- 1890, eigenaar: a) Everaerts-Demol August, eigenaar te Brussel en b) De Mol Barbe Julienne ("Blanche"), rentenierster te Sint-Gillis
- 02.03.1892, verkoop: Everaerts-De Mol Auguste, eigenaar te Brussel (notaris Groseman)
- 11.07.1900, erfenis: de kinderen Everaerts (overlijden van Auguste Everaerts)
- 16.03.1921, verkoop: Grégoir Barthelémy, te Antwerpen (notaris Lamal; registratie pas in 1930)
- 31.03.1926, vonnis: Gemeente Anderlecht

De watermolen werd in 1931 omschreven als huis.

Rond 1950 werd het gebouw gesloopt bij de overwelving van de Zenne, de verbreding van de Frankrijkstraat en de uitbreiding van het stationskwartier van Brussel-Zuid.

Zie ook onder: Sint-Gillis, Nieuwmolen

Lieven DENEWET & Herman HOLEMANS

-------

Le Nieuwmolen était un double moulin à eau établi à cheval sur la Senne de la Blanchisserie, formant une limite naturelle entre les communes d'Anderlecht et de Saint-Gilles.

Le plan dressé au 16e siècle par van Deventer indiquait un double corps de moulin relié par un pont. Les bâtiments les plus importants se situant sur la rive droite du cours d'eau (Sant-Gilles). La rive gauche (Anderlecht) accueillant également le Nieuwmolenhof, probablement détruit lors du bombardement de Bruxelles en 1695.

Possession des ducs de Brabant à l'origine, le moulin fut cédé provisoirment à la ville de Bruxelles en 1453, ensuite à Charles le Téméraire en 1469. Il redevint la propriété de la ville de Bruxelles en 1600.

En 1818, il sera acquis par un dénommé M. De Ridder.

En 1890, la propriété était inscrite au nom de Auguste Everaerts-Demol de Bruxelles et de Blanche Demol, de Saint-Gilles. Celle-ci cédéra sa part au prmier cité en 1892.

Un élargissement de la Senne formant un plan d'eau à l'arière du moulin. C'est dans cette piscine que des générations de Bruxellois appirent à nager. Le meunier obtint d'ailleurs un sibside des communes d'Anderlecht et de Saint-Gilles, à condition de permettre à la population d'accéder gratuitement au bassin.
Autre petit profit financier pour l 'exploitant: jusqu'en 1921, le meunier exigeait un droit de passage, via la passerelle emjambant la Senne et attenante au moulin, d'où le nom de "halfcenskensbrugge", bien connu des habitants.

Les héritiers du propriétaire Auguste Everaerts cédérent le Nieuwmolen au dénommé Barthélémy Grégoir d'Anvers, suivant acte notarié du 16 mars 1921.

Le moulin resta en activité jusqu'en 1918. Le meunier - le quatrième de la génération Van Dooren et décédé en 1946 - fit encore de bonnes affaires pendant la Seconde Guerre mondiale. Remis en activité, le moulin accueillit de nombreux clients privés apportant du blé à moudre. En l'absence de bon officiel autorisant l'opération, la mouture s'effectuait évidemment pendant la nuit.

La partie située sur le teritoire anderlechtois sera rachetée par la commune d'Anderlecht en 1926. L'ensemble disparut vers 1950, lors du voûtement de la Senne, l'élargissement de la rue de France et l'extension du quartier de la gare du Midi.

Jean VAN AUDENHOVE

Le Nieuwmolen était un moulin à eau, situé sur la Senne au coin de l'actuelle rue de France et rue de l'Instruction, déjà mentionné en 1262,
Il fut mis hors d'usage suite à la dérivation et au comblement de la Senne.
Il existe quelques photos du début des années 1900. C'était devenu un lieu de loisir: estaminet "A la laiterie du Nieuwmolen / Paridaens / Estaminet" et même de natation.
J.P. VINGERHOED, Corroy-le-Grand
Bijlagen

C. Dickstein-Bernard, "La gestion financière d'une capitale à ses débuts: Bruxelles, 1334-1467", Annales de la Société royale d'Archéologie de Bruxelles, LIV, 1977, p. 77-81 (Les moulins).

Les moulins. Le 14 juin 1393 déjà la Ville de Bruxelles a pris à cens le moulin à eau ducal situé à Obbrussel (233). Mais c'est après 1450 qu'elle paraît marquer un intérêt particulier pour ce type de bien : elle acquiert d'abord le 22 juin 1452 les deux moulins du Driesmolen, rue des Six Jetons (234 ), puis, par deux actes du 28 septembre 1452, deux tiers du moulin Serrewerre, rue des Poissonniers (235). Enfin l'année) 1453 va lui offrir l'occasion d'acquérir en une fois six moulins ducaux et le tiers restant du Serrewerre. Le duc ayant besoin d'argent pour mener une expédition contre les Gantois révoltés aliène certaines parties de son domaine aux villes: Louvain et Anvers choisissent de racheter en tout ou en partie la redevance qu'elles paient pour l'octroi des assises et Pierre rachète diverses parties de cens et rentes, ce pourquoi elles dépensent respectivement 5200, 9671 et 470" (236). Mais Bruxelles, elle, paie 16.200 <> et acquiert l'Achterstemolen, le Moutmolen, le Vorstemolen, le Ruismolen, le dernier tiers du Serrewerre, le moulin situé hors ville Ter Nuwermolen, et le moulin de Saint-Josse-ten-Noode. Rachetant le cens dû pour lui, elle devient propriétaire du moulin d'Obbrussel pris à cens en 1393 (237). Le 8 septembre enfin, Philippe le Bon met la Ville en possession d'un moulin situé hors de la porte d'Overmolen, le Clapschette, que lui vend Pierre van der Eycken, gruyer de Brabant (238). Tous sont des moulins à grain. Sans doute avons-nous affaire à des achats systématiques, à une véritable politique d'acquisition.

Jusqu'en 1430, Bruxelles paraît avoir, comme les autres villes, procédé à la constitution de stocks de grain qu'elle vendait à ses habitants en cas de .. financières (239) elle y ait temporairement renoncé (240). Un fait est certain, au moment de la grande disette de 1438 la Ville doit faire acheter du grain en Hainaut par la table des pauvres de Sainte-Gudule, qui le revend ensuite aux habitants (241 ). C'est que la constitution de réserves ne va pas sans difficultés; indépendamment du manque chronique de disponibilités financières dont souffre la Ville, le grain acheté en cas de pénurie peut être de mauvaise qualité (242). Le transport du grain étranger jusqu'à Bruxelles coûte cher (243) et pour cette raison, le duc l' affirme en 1436, la ville est mal approvisionnée à cet égard. Le marché local n'offre peut-être pas toutes les facilités nécessaires pour la constitution des stocks (244). Sans doute l'acquisition de moulins par l'administration communale n'améliorait-elle pas directement la situation pour les habitants, mais elle permettait à la Ville la constitution aisée, régulière, et sans frais de réserves de grain grâce à l'affermàge en nature (245); ces stocks pouvaient être écoulés ensuite en cas de disette. L'argument financier n'était pas négligeable non plus : la vente de grain par petites quantités procurait à la trésorerie urbaine un peu de l'argent liquide dont elle a, dès ce moment, constamment besoin. Si en 1453. d'ailleurs, au moment où la Ville les acquiert, les moulins ducaux sont généralement affermés moyennant du grain (dont un tiers de froment) et de la cire (autant de livres de cire que de muids de grain), l'un d'entre eux au moins, le Moutmolen ou moulin à brai, est affermé en espèces et produit un confortable revenu.

Peut-être est-ce un besoin d'argent liquide encore plus pressant qui détermine la Ville à modifier brusquement sa politique (246): le 13 mai 1456, elle décide que dans tous ses moulins que les receveurs affermeront, à l'exception du Moutmolen, le paiement du meunier par ses clients (et donc le sien propre par le meunier) se fera en espèces (247).

Mais le 15 mars 1459 n.s. on en revient à l'affermage en nature. Dès lors du grain sera stocké dans les greniers communaux, puis vendu aux habitants suivant les nécessités. Le produit des ventes servira au rachat des rentes perpétuelles qui accablent la Ville (248). Un an plus tard cependant un premier moulin, celui de Saint-Josse, est restitué au duc; les autres suivent en 1469. Ils avaient été entièrement remis en état par la Ville entre 1454 et 1460 pour la somme de 90 livres de vieux gros (249).

A la fin du siècle, Bruxelles reste en possession des deux moulins du Driesmolen, de deux tiers du Serrewerre, du Clapschette, du Cantermolen acquis en 1487 (250) et d'un moulin à vent (251).

Elle possède encore deux moulins à huile (252). Entre 1453 et 1469, elle a détenu aussi le droit de «gruyte» levé aux moulins à brai ducaux d'Obbrussel, Anderlecht et Forest, ainsi que le droit perçu sur les bières foraines dans le premier village (253).

----------------

(233) A.V.B., XXIII, f° 103 r° v°

(234) M. MARTENS, Moulins ... , p. 33. L'acte d'acquisition est contenu dans A.V.B., XXIII, fo 166; des rachats de rentes par la Ville, en date du 3 janvier 1453 n.s ., font l'objet d 'un acte figurant ibidem, (0 167.

(235) M. MARTENS, op. cit., pp. 23-24. Les actes figurent dans A.V.B., XXIII, fos 159 v° et 160.

(236) Voir plus loin, p. 137.

(237) Pour les moulins en ville, voir M. MARTENS, op. cit. Le moulin dit Ter Nuwermolen se trouvait hors ville, sur le territoire d'Obbrussel (HENNE et WAUTERS, op. cit., t. IV, p. 239. WAUTERS, Environs ... , t. III, pp. 559-560). L'acte figure dans A.V.B., XXIV, f0 58. Cf. supra, n. 188.

(238) L. GALESLOOT, Inventaire des Archives de la Cour féodale, n° 121, pp. 150-151.- M. MARTENS, Moulins ... , p. 26, n. 124.

(239) Voir plus loin, p. 158.

'(240) Avant le 28 novembre 1430, il existe un gardien-vendeur du grain de la Ville dont a charge est alors supprimée (A.V.B., XVI, f° 135). En vendant du grain, à Bruges, le Magistrat a essentiellement pour but de procurer du blé à un prix raisonnable à la population pauvre (M.-J. TITS, La formation des prix ... , p. 176). Il constitue donc des réserves, qu'il vend petit à petit pour faire tomber les prix. Bruxelles pratiquait sans doute la même politique. Concernant les achats de blé par les villes: ibidem, annexes, pp. 331 et suiv., où aucun achat n'est signalé pour Bruxelles. Voir également P. SCHOLLIERS, Levenstandaard . . . , p. 266. H. VAN DER WEE, The growth ... , t. Il, p. 69. Les sources concernant les ventes pour Bruxelles sont peu nombreuses. Elles se limitent, pour la période étudiée, aux chroniques B.R. 11.641 f° 180 et suiv.) et 17. 120 (VAN DEN GHEYN, Catalogue ... , t. VIII, nos 5834 et 5837, p. 387 - citées par HENNE et WAUTERS, op. cit., t. I, p. 214), qui mentionnent des ventes en 1450 à 8 "Stuvers" le setier, vu «le prix du grain" (12 "Stuvers" le setier) et la grande misère ... A 3 d. de Brabant le "Stuver», ce prix correspondait donc à 144 d. le muid, au lieu de 216. Le rype de grain vendu n'est pas précisé, mais vu les prix indiqués par M.-J. TITSDIEUAIDE pour ces années 1449-1450 et 1450-1452 (op. cie., Annexe 3), il ne pourrait s'agir que de froment! Notons que ces chroniques contiennent de nombreuses erreurs (cf. infra, n. 238, p. 161).

(241) A.A.P.B., B. 356, 1438-1439, f0 48.

(242) Mauvaise qualité du grain acheté en temps de disette: cf. l'achat d'orge zélandaise mouillée en 1481-1482. Cette céréale pose ens uite à la Ville de gros problèmes de conservation : A.G.R., C.C. 30.942, p. 153.

(243) Bruxelles n'est pas située comme G\lnd sur un fleuve, et ne dispose pas comme elle d'une étape (pour Gand, voir M.-J. TITS-DIEUAIDE, op. cit., pp. 146 et suiv.). La Senne est une rivière malaisément navigable, et vers le Nord seulement. Or une partie du grain vient du Hainaut : cf. un acte du 20 janvier 1422 n.s. publié par F. FAVRESSE, Actes inédits ... , n° 23, pp. 76 et suiv. (§ 8), l'exemple cité à la note 241, et un acte ducal du 19 novembre 1436 publié par A. WAUTERS, Documents concernant le canal .. . , p. 1. Ce dernier précise que le transport se fait par terre, ce qui est coûteux (concernant son prix, voir G. SIVERY, Les comtes de Hainaut ... , pp. 132 et suiv.). Une autre partie des grains vient du Nord ou par le Nord, via Anvers et Malines, d es céréales de brasserie notamment : A.V.B. , IX, f° CXLI (155). A la fin du siècle, la Ville a dans ses greniers de l'orge zélandaise (voir note précédente). Or, à plusieurs reprises, des bateaux de grain sont saisis par les Malinois (voir plus loin, p. 156, n. 211 ). Entre avril et octobre le trafic sur la Senne est difficile (infra, p. 159). Importation de blé dans l'espace brabançon en général, voir M.-J. TITS-DIEUAIDE, op. cit., pp. 144er sui v.

(244) Octroi ducal pour l'aménagement de la Senne en direction du Sud, 19 novembre 1436, cité dans la note 243 ci-dessus.

(245) Le meunier moud "au douzième tonneau", qu'il prélève à son profit sur les quantités apportées à son moulin (16 avril 1385 (A.V.B., IX, f° CLXXVI (189) v°)). Sur un usage similaire à Louvain, cf. R. VAN UYTVEN, Stadsfinanaën . .. , p. 272. Le meunier livre ensuite à la Ville une partie de ce grain pour prix de sa ferme.

(246) En ce qui concerne la situation de la Ville de Bruxelles vers 1450, voir plus loin, p. 180). Il faut remarquer que Louvain, en bien meilleure posture financière à cette époque, n'utilisera pas ce système. Les moulins situés dans la ville restent aux mains de quelques familles patriciennes, cf. R. VAN UYTVEN, op. cit., p. 271.

(247) La décision ne vaut pas pour le Moutmolen, probablement parce qu'il est déjà affermé en espèces; l'acte figure dans A.V.B., IV, f°s 174 v0 175. Cf. DES MAREZ, op. cit., p. 241.

(2,.6) A. V.B., IV, fo 184 r0 v° - IX, f°s CLXXXII et sui v. (195). Le cartulaire A.V.B. , IX, f° CXCV (207) v0 et sui v. contient l'inventaire établi en mai 1464 de la "provande in rogge" dans les différents greniers de la Ville. Le grain est conservé dans l'écluse à la porte de Laeken, dans les portes de Flandre et d'Anderlecht, dans trois greniers à l'écluse de la Blanchisserie, au moulin à huile d'Anderlecht, dans cinq greniers à la porte d'Obbrussel, à la tour dite Wollendrieschtorre, à l'hôtel des monnaies, dans trois greniers de la porte Sainte-Catherine, et même à l'hôtel de ville. La Ville dispose à ce moment de 2918 muids et 2 setiers d'orge (à 292, 549 litres le muid: cf. M.-J. TITS-DIEUAIDE, La conversion des mesures anciennes ... , p. 73). Les comptes de la fin du XVe siècle se terminent d'ailleurs par l'inventaire du stock, établi par les receveurs sortants.

(249) La remise en état est adjugée le 25 novembre 1454 à deux entrepreneurs pour être effectuée en six ans, à raison de 54 lb. de Brabant par an de dépense, soit au total 324 de ces lb. en 6 ans (A.V.B., IX, f° CLIIII r0 v0 (167) et suiv.). M. MARTENS, Moulins ... , p. 17, considère que le contrat avec ces deux entrepreneurs est un comrat d'affermage. S'il en était bien ainsi, la Ville recevrait les 324 lb. au lieu de les décaisser. En outre, le texte qualifie bien de "wercmeesteren" Guill. Gorijs et .. Ard. van Yseren qui obtiennent l'adjudication. Le premier des deux d'ailleurs est charpentier de moulin, au service de la Ville d'après un acte ducal du 22 juillet 1453 (procès-verbal d'expertise des moulins ducaux lors de leur cession à la Ville. A.G.R., Chartes de Brabant) . Circonstances de la restitution: voir plus loin, p. 138.

(250) Acquisition du Cantermolen: M. MARTENS, Moulins ... , p. 27. A.G.R., C.C. 30.942, pp. 35-36: les moulins Clapschette et du Driesmolen paient en seigle, le moulin d'Obbrussel en espèces (1485-1486). En 1497-1498, les mêmes plus le Cantermolen paient en nature, les autres en espèces (C.C. 30.943 , f° 5 r°).

(251) A.G.R., C.C. 30.942, p. 36. On ne sait comment la Ville l'a acquis. Il est cité encore en 1497-1498 (C.C. 30.943, f° 5 r°). HENNE et WAUTERS, op. cit., t. Il, p. 456 n. 1, citent trois de ces moulins, sans localisation ni dace.

(252) A Vilvorde : cité en 1454 dans A.V.B., IX, f° CLIIII (167), et à Obbrussel, cité en 1464 (A.V.B. , IX, f° CXCV (207) v°).

(253) L'acte du 9 juillet 1453 mentionne la vente à la Ville de cous les d roits attachés au moulin à brai - Moutmolen - d'Obbrussel, ainsi que du "gruycgelde" et du droit des «buyten bieren" à cet endroit. Mais il ne fait aucune allusion à la vente des droits levés dans les deux autres moulins. De même le registre de la Chambre des Comptes contenant la · Déclaration des terres ... engaigiees et aliénees du domaine de Brabant" (A.G.R., C.C.17, f° 260 v°) mentionne  le moulin au bray en ladite ville avec les appartenences, ensemble les droiz ou moulin au bray à Obbrussel et le gruytgelt illec et des servoises fouraines. Les comptes du receveur ducal du quartier de Bruxelles montrent que la Ville a perçu néanmoins les droits sur les trois moulins, peut-être parce qu'au moment de la cession, ils étaient affermés ensemble depuis le 24 juin 1452 et pour trois ans et demi au même Jean de Vriendt (pour la somme dérisoire de 5 s. •tolgeld.: A.G.R., C.C. 41 76 et suiv.). Le «gruytgeld" est défini par KAUCH, L'administration et le contrôle des finances .. :, pp. 64-65. Il s'agit initialement d'un droit sur la fabrication de la bière, qui devient ensuite un droit sur la vente. Il frappe la bière locale et aussi les bières importées. Cf. d'ailleurs les lettres patemes de Philippe le Bon datées du 21 octobre 1440, investissant Guill. van Herve de la < Dommelen etc., plus la «gruyte» des bières étrangères qui entrent audit village (GALESLOOT, Inventaire ... cour féodale ... , c. I, p. 33).

Literatuur

Guy-Laurent van der Beeck & Pierre Mattelaer, "Le Nieuwmolen: Chronique d'un moulin disparu", in: Cahiers bruxellois, vol. 38, 2004-2005, p. 1-32.
Jean-Pierre De Staercke & Pierre Dejemeppe, "Sint-Gillis. Acht eeuwen geschiedenis(sen)", Brussel, Editions Mardaga, 2016, p. 23-24, 210-211.
Alexandre Henne & Alphonse Wauters, "Histoire de la Ville de Bruxelles",  Brussel, I-II, 1845.
M.A. Duwaerts e.a., "De molens in Brabant", Brussel, Dienst voor Geschiedkundige en Folkloristische Opzoekingen van de Provincie Brabant, 1961;
Herman Holemans, "Kadastergegevens: 1835-1980. Brabantse wind- en watermolens. Deel 1: arrondissement Brussel-Hoofdstad", Kinrooi, Studiekring 'Ons Molenheem", 1989;
Paul Bauters & Marc Villeirs, "Les moulins à eau et à vent de Woluwe-Saint-Lambert et de la région bruxelloise. Histoire et technologie / Water- en windmolens van Sint-Lambrechts-Woluwe en van het Brussels gewest. Geschiedenis en techniek", Woluwe-Saint-Lambert/Sint-Lambrechts-Woluwe, 1996 (Musée communal de Woluwe-Saint-Lambert, cahier n° 2 / Gemeentelijk museum van Sint-Lambrechts-Woluwe, tijdingen n° 2)
Dubreucq J., Bruxelles 1000, une histoire capitale : 8 sections anciennes de Bruxelles en 9 volumes, Brussel, 1996-2000, p. 8, 40-45, 50, 52.
Inventaire visuel de l'architecture industrielle à Bruxelles. Saint-Gilles, AAM, Brussel, 1980-1982, fiche 3. Dons Dons R., 'Commentaire de la carte toponymique de Saint-Gilles-Bruxelles (1262-circa 1860)', Le Folklore brabançon, 252, 1986, p. 351-353.
C. Dickstein-Bernard, "La gestion financière d'une capitale à ses débuts: Bruxelles, 1334-1467", Annales de la Société royale d'Archéologie de Bruxelles, LIV, 1977, p. 77-81 (Les moulins).

<p>Nieuwmolen</p>

Photo ca. 1905, coll. J.P. Vingerhoed, Corroy-le-Grand

<p>Nieuwmolen</p>

Carte postale ed. Lagaert, Bruxelles, 1909

<p>Nieuwmolen</p>

Prentkaart. Verzameling Ons Molenheem


Stuur uw teksten over deze molen  |  Stuur een (nieuwe) foto van deze molen
Laatst bijgewerkt: woensdag 26 april 2017

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in database zoek op provincie Stuur een algemene e-mail over molens vorige pagina Home pagina Naar bestaande molens