Molenzorg
Braives, Luik

Collectie
Verdwenen Belgische Molens
Naam

Moulin à pastel - I

Ligging

4260 Braives
toon op kaart
Type
Watermolen
Functie
Verfmolen
Beschrijving / geschiedenis

Deux moulins à pastel construit avant 1294 à Braives.

Les censiers du comté de Namur de la seconde moitié du XIIIe siècle et particulièrement ceux de 1289 et 1294 attestent le fonctionnement, sur le territoire de Thisnes et dans toute la région, d’un grand nombre de moulins broyant la guède. Cette plante tinctoriale, plus connue sous le nom de pastel, produisait l’indigo ou indigotine, principe colorant utilisé dans la teinture en bleu et seulement supplanté à partir du début du XVIIe siècle par l’indigotier. Sa culture, répandue dans l’Europe entière, revêtait dans certaines régions un caractère intensif particulièrement accusé. Et naturellement, elle approvisionnait les centres drapiers, ce qui donnait lieu à un commerce régional et même international notable. La guède, de son nom scientifique isatis tinctoria, était désignée au Moyen Âge sous différents termes, comme wazaru, waisdre, waide ou, dans le Namurois, wesdre14 . La culture de cette plante crucifère était pratiquée en Europe occidentale depuis une époque fort ancienne, ce dont témoigne par exemple le capitulaire de villis15 . Les régions où s’est développée la culture de la guède sont le plus souvent celles où la fabrication du drap a occupé une place importante dans l’économie. Elle réclamait un sol riche, profond et bien drainé et ne se contentait pas, contrairement à ce qu’on a pu en dire, d’endroits incultes et d’une terre calcaire et pierreuse16 . Sa culture ne pouvait, par conséquent, trouver un meilleur endroit pour prospérer que la région hesbignonne.

Elle fournissait en même temps aux propriétaires de domaines et à leurs tenanciers un moyen d’arrondir les revenus de leurs terres, tandis qu’elle offrait aux marchands pour compléter leurs cargaisons, un produit fort prisé sur de nombreux marchés extérieurs. Son traitement accumulait de fortes quantités de résidus, utilisés alors comme nourriture pour le bétail et comme engrais vert pour les terres. Sans se tromper, on peut affirmer qu’elle était déjà cultivée en Hesbaye au début du XIIIe siècle, sur une assez grande échelle et dans un but
commercial. Une chose frappe pourtant : nulle part, il n’est indiqué dans les documents concernant Thisnes que la guède rentrait dans la rotation des cultures. Mais on dispose d’un exemple à Villers-le-Peuplier, qui montre que l’on semait en cachette cette plante sur des terres prises à bail selon des conventions différentes ou qu’on en essayait d’en détourner les fruits du partage convenu. Les fermiers ou tenanciers s’efforçaient de cette façon de réaliser une opération lucrative à l’insu ou au détriment de l’abbaye de Saint-Trond17 . C’est peut-être ce qui s’est produit dans le cas de Thisnes.

La transformation du pastel
La préparation du pastel requérait un ensemble de manipulations compliquées, dont l’emploi du moulin. Arrêtons-nous quelques instants aux opérations nécessaires pour transformer la guède depuis le moment où elle était récoltée jusqu’à celui où elle arrivait dans la cuve du teinturier. Sitôt après la récolte, les feuilles étaient broyées au moulin du « meunier de guède ». Des ouvriers roulaient la pâte en tourteaux qu’ils disposaient ensuite, pour les sécher, sur des claies en plein vent. De cette façon, on obtenait la pâte de guède ou pastel cru, qui était parfois vendue sous cette forme. Mais, en général, le pastel subissait un second cycle de manipulation. On concassait les tourteaux, puis on en accumulait la poudre en tas, que l’on appelait tourte et que l’on arrosait d’eau pour y provoquer et y entretenir une fermentation putride. Le produit qui en était issu correspondait à une glaise de couleur sombre. Après avoir séché, il était pilé et tamisé. C’est ainsi qu’il était livré à la consommation.   On a pu le constater : le moulin pastellier jouait un rôle essentiel dans le début du traitement. On en connaît l’aspect matériel : il s’agissait d’installations sommaires construites en bois et établies sur les lieux mêmes de production. Elles étaient formées de deux poteaux qui supportaient une poutre horizontale, au centre de laquelle pivotait un axe entraînant la meule de pierre. La force motrice nécessaire était fournie par différents moyens : soit par l’eau ou le vent, soit, dans la plupart des cas, par la traction animale. Puisqu’il fallait faciliter le passage des brouettes chargées de guède, les abords du moulin devaient être parfaitement dégagés. Après avoir été roulés, les tourteaux étaient mis à sécher en plein vent sur des claies disposées tout autour de l’aire où se trouvait le moulin18.

Les moulins à pastel dans la région
Pour rappel, les censiers détaillent et évaluent les redevances en nature et en espèce, dont le montant doit être versé au comte. Malheureusement, le premier d’entre eux, daté de 1265, présente un aspect fragmentaire, puisqu’il ne mentionne que fort peu de moulins. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’en existait pas dans les localités qui y sont reprises. Ce document montrait déjà l’existence de sept moulins, répartis entre trois localités toutes proches de Thisnes, c’est-à-dire trois à Merdorp, deux à Wasseiges et deux à Branchon19 . Le recensement de 1289 relève l’existence de pas moins de huit moulins à Thisnes20. On a aussi édifié des installations dans d’autres localités des environs, notamment sept à Wasseiges, deux à Merdorp, à Branchon et à Acosse. Ce nombre considérablement plus élevé que dans le censier de 1265 paraît traduire un essor important de la production du pastel. Mais il faut tenir compte, dans une certaine mesure, de la précision accrue d’une enquête menée avec un soin et une méthode fort supérieurs à la précédente.

Penchons-nous maintenant sur les données que nous livre ce relevé. Trois des huit installations de Thisnes devaient s’acquitter d’une redevance de cinq sous de Louvain ou de Namur, por le raison de l’aisement de l’ewe21 . En effet, ces moulins étaient mus par l’eau, dans ce cas-ci, par l’Absoule, un affluent de la Petite Gette. Des registres de cens et rentes du XVe siècle confirment d’ailleurs que ces moulins étaient établis dans le valz, à savoir près du ruisseau22 . Ils étaient peut-être annexés, comme les pressoirs et les moulins à fouler, aux moulins à blé déjà existants23 .

Trois des cinq moulins restants étaient construits sur ce que l’on nommait un weris(s)ial24 , c’est-à-dire un terrain vague. Les revenus de ces endroits banaux étaient considérés comme droits seigneuriaux25 . La modicité de leur cens permet de croire que ces cinq installations dataient d’avant 1289 26 . Les moulins qu’on y avait installés étaient actionnés par des animaux. Le caractère sommaire de leur construction laisse supposer que ces machines pouvaient être démontées et utilisées de façon saisonnière, car le censier prévoyait que leurs exploitants devraient payer une redevance tant que il (les moulins) i seront27 .

Ainsi, même si l’on prend en compte l’amélioration apportée aux méthodes d’enquête en 1289, on ne peut nier l’accroissement du nombre de moulins, passés en un quart de siècle de sept à vingt-cinq. Ce phénomène est évidemment lié au développement de la culture de la guède. Et le village de Thisnes peut être considéré comme un des centres très importants, avec Wasseiges, de la production du pastel. En 1294, Thisnes n’accueillait plus que cinq moulins, y compris ceux de Wansin, Wansineau et Chapeauville28 . Ceux-ci rapportaient au comte dix-huit sous tournois par an ou, en utilisant le même taux de conversion que précédemment, environ douze sous et trois deniers de Namur. La redevance moyenne s’élevait par conséquent à plus ou moins vingt-neuf deniers par moulin. L’évaluation du rendement annuel représentait probablement celle du revenu net de l’impôt, comme l’exprime la formule rabatus tous frais à propos de Thisnes dans le document de 1294.

Quelle quantité de colorant produisait-on?
Le souverain namurois prélevait également un impôt à la production. Chaque cuve de produit acquittait une redevance dont le montant était connu pour Thisnes : un denier29 . Les auteurs du recensement ont veillé à indiquer le rendement annuel moyen de cette taxe, tout en insistant sur le fait qu’elle pouvait croistre et abaisser30 . Cela était bien évidemment lié au niveau de la récolte. À partir de ces données, André Joris a pu déterminer que la production moyenne d’un moulin atteignait, en 1289, 30 cuvées et, en 1294, 36 cuvées. Cette augmentation pourrait s’expliquer par une demande accrue ou par une récolte plus abondante31 . Grâce à un passage de Pegolotti, il a proposé de fixer la capacité de la cuve à une valeur qui évolue entre 280 et 300 kilos. Si le poids moyen de la cuve de guède se situait aux environs de 290 kilos, la production moyenne d’un moulin en 1289 représentait un total de 8700 kilos par saison, et en 1294 de 10500 kilos. Si l’on part du principe que l’installation fonctionnait durant une période proche de cent jours par an, ce qui paraît tout à fait plausible compte tenu des cinq récoltes par an, la production journalière ne dépassait pas une centaine de kilos, un chiffre loin d’être exagéré32

Où partait la production de colorant?
Toute cette production s’écoulait probablement sur deux marchés. Elle se dirigeait tout d’abord vers des centres régionaux, Huy et Namur. Ces deux villes mosanes abritaient d’ailleurs une industrie textile assez importante et s’approvisionnaient en partie dans les localités du bassin de la Mehaigne et des affluents de la Gette. La preuve en est donnée par les noms d’un certain nombre d’exploitants de moulins à pastel, conservés dans le relevé de 1289. On note parmi eux la présence de Gérard Borivins qui possédait, avec un certain Masse dele Haie, une installation à Thisnes33 . Or cette famille Borivins était une famille hutoise assez bien connue, et elle comptait dans ses rangs au XIVe siècle un personnage respecté Domitien Borivins qui occupait un siège d’échevin de 1338 à 1348. Il exerçait d’ailleurs quelques temps auparavant la profession de teinturier, sans doute plus ou moins héréditaire dans la famille34.

Quant à la draperie de Namur, elle a connu, dans la seconde moitié du XIIIe siècle, un essor incontestable. Cela nous amène à parler d’un exploitant d’un autre moulin qui s’appelait Jean de Waret et qui provenait de Namur. Il est cité dans cette ville en 1265 et détenait à ce moment trois quartiers et un demi-étal dans la Neuveville35 . Le second marché aurait été international, particulièrement en direction de l’Angleterre. Parmi les merchants of Brabant pourraient avoir figuré des Hesbignons et des Mosans. On peut également penser que ces marchands se sont chargés en grande partie de l’importation du pastel, qui n’était pas absorbé par les marchés mosans, en direction des Îles Britanniques36 .  Il ne faut pas non plus négliger les centres drapiers situés en Hesbaye même ou à proximité plus ou moins immédiate comme Maastricht, Saint-Trond et, à un degré moindre, Tongres, Hasselt et les petites villes du comté de Looz (actuel Limbourg), ainsi que les villes brabançonnes, comme Léau (Zoutleew), Diest, Louvain et surtout Malines, foyer important de l’industrie textile en même temps que marché de redistribution de premier plan du pastel. La Meuse a joué un rôle primordial dans l’exportation à longue distance du pastel. On voit par exemple le port animé de Dordrecht où ce commerce tenait la première place. D’autres cours d’eau ont aussi pu transporter ce produit comme la Dyle, la Seine, le Démer et même la Gette, tous navigables au Moyen Âge37 .

L'impact de cette culture sur l'économie locale
Au début, la culture de la guède n’a pas dépassé le stade du jardinage domestique. Par la suite, elle s’est tournée vers des fins commerciales, ce qui s’est traduit par l’emploi du moulin en vue de la préparation du pastel destiné à la vente. Cela supposait des récoltes aux rendements élevés, la présence sur place d’une main-d’œuvre abondante, l’ouverture de débouchés réguliers et la mise en place de réserves financières suffisantes. La guède s’est alors trouvée entraînée dans un vaste mouvement d’accélération des échanges, perceptible dès les premières années du XIIIe siècle38.

Après avoir analysé toutes les zones de production de la plante de Hesbaye, on peut conclure que le centre de gravitation de la production se situait dans une large bande qui partait du cours moyen de la Mehaigne et remontait ensuite la vallée de la Gette et celle de ses affluents. La description de la situation risque cependant de ne pas avoir reflété totalement la réalité, dans la mesure où les sources de la seconde moitié du XIIIe siècle proviennent principalement du Namurois et où celles du XIVe et du XVe siècles sont issues en majorité du Brabant.

La culture en cause semble avoir souffert d’une certaine instabilité. Elle s’était développée rapidement de 1265 à 1289, puis en l’espace de cinq ans, elle a encore subi des modifications notables comme le passage à Thisnes de huit à cinq moulins. Sans aucun doute, il faut mettre cette croissance de la seconde moitié du XIIIe siècle avec celle du nombre de bourgeois à Thisnes à la même époque. De même, l’accroissement de leur nombre a connu, entre 1289 et 1294, une courbe moins ascendante. Cependant, contrairement à ce qu’affirme Génicot, la culture de la guède n’a pas disparu dans la région39 . La crise agricole allait débuter, même si elle s’est déclenchée plus tard et a pris un aspect moins préoccupant, mais elle s’y est cependant manifestée. Dès 1350 ou 1360, les prix des terres et donc du blé ont plongé.

Bien au contraire, la guède s’est répandue et a aidé à compenser la baisse continue enregistrée sur le prix des céréales. Il faut d’ailleurs remarquer qu’elle était fort bien adaptée à un système de rotation des cultures, dans lequel elle pouvait être associée avec des céréales. Voilà pourquoi la production de guède s’est poursuivie à Thisnes et en Hesbaye, ce dont témoignent quelques documents que nous avons rassemblés. Le compte domanial dressé pour le comté et datant de 1356-1357 range parmi les revenus de la grande cense de Thisnes et de Wasseiges les barils de guède et celui de 1423-1424 signale un moulin de guède à Thisnes de même qu’à Wasseiges40 . Aucune de ces redevances n’est malheureusement détaillée, ce qui rend impossible la tâche d’évaluer la santé de la culture de la guède dans les environs.

Au début du XVe siècle, la grande cense de Thisnes et de Wasseiges percevait encore une partie de ses revenus sur un moulin pastellier à Chapeauville et sur la production41 . En 1436, ce type d’installation existait encore à Thisnes42 . Tous ces exemples illustrent le fait que la production de cette plante n’a pas complètement disparu avec le XIVe siècle, et qu’elle s’est même maintenue en certains endroits jusqu’à la fin de la période étudiée. Néanmoins, il est clair que le déclin s’est amorcé aussi rapidement que l’envol, peut-être sous l’effet de la concurrence, notamment du Brabant, de la Flandre wallonne, de l’Artois et de la Zélande ou du déclin de la draperie de luxe.

Exemple de charte de la cour de Thisnes, représentant les chanoinesses du chapitre Sainte-Begge d’Andenne, auquel le village appartenait :

Hellin Waltia, ainsi qu’Ernekin et Ansial, ses frères, Ansele de Villers et Clarisse del Fontaine ratifient, devant les maire et échevins de Thisnes, la vente de terres à Godefrin le Maréchal, conclue par Jean de Fallais, frère de Hellin.

6 juin 1322

(…) nos li meires et li eskevins de vilh de Thienes, salut et conisanche de veriteit. Connute chose soit à tos ke Helins Waltias, Ernekins, Ansial, freres à dit Hellin, damoisselle Assele de Vileir et se mambors, et damoiselle Clarise del Fontenne et se mambors d’unne part et Godefrinias le Marisscalias d’atre part, vinrent par devant nos et ont lidis Hellins, Ernekins, Ansias, damoisselle Assele et se mambors, et lidit damoisselle Clarise et se mambors quiteit ledit Godefrinial tot le droit et tot le resson ke ilh avoent par mille (sic) droit en quatre boniers de terre ke lidis Godefrinias avoit aquis à Johans de Faleis, freres à dit Hellin, parmi wit livres de gros tornois. Et lidis Johans de Falais en avoit bien avestit et fait irreltage ledit Godefrinial dedis quatre boniers de terre, liquees quatre boniers de terre gisent en terruer de Thienes en plusour pieche, à savuer (…) derier le marchele43  vint et dois verges grandes. Item sor le voie d’Evrenaw  vint et dois verges grandes. Item el chanpangne del Anglechon trois jornaus. Item entre Thienes et Hanut en plusours pieche vint et dois verges grandes d’alous. Et lidis Godefrinias doit avuer tant solement en dites pieches quatre boniers de terre (…). Faites et donpnés (sic) l’an de grase Nostre Sangnour MCCC et vint et dois VIII jors après le jor de chinquemme.
Original sur parchemin, sceau perdu.
Archives de l’État à Namur, Fonds du Grand Hôpital, n° 1.

La plus ancienne mention du village date du 20 août 1194 dans une charte d’Henri Ier, duc de Brabant qui scelle un traité de paix entre lui et Baudouin V, comte de Hainaut et de Flandre.

Sources et bibliographie

14  D.-D. BROUWERS, L’administration et les finances du comté de Namur du XIIIe au XVe siècle, partie 1, t. II, Sources. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle, 1911, p. 161 en 1289 ; A. JORIS, « Les moulins à guède dans le comté de Namur pendant la seconde moitié du XIIIe siècle », Le Moyen Âge. Revue d’Histoire et de Philologie, t. LXV, 1959, pp. 254-255.
15 Le capitulaire est un document juridique, émanant du souverain aux époques mérovingienne et surtout carolingienne et de portée générale. Le capitulaire de villis a été promulgué vers 794 par Charlemagne.
16  A. JORIS, « Les moulins à guède… », p. 258.
17  A. JORIS, « La guède en Hesbaye au moyen âge (XIIIe-XVe siècles) », Le Moyen Âge. Revue d’Histoire et de Philologie, Bruxelles, t. LXIX, 1963, pp. 778-779.
18  ID., « Les moulins à guède… », pp. 260-261.
19  ibid., p. 263.
20  D.-D. BROUWERS, L’administration…, partie 1, t. II, Sources. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle, 1911, pp. 161-162.
21  ibid., p. 161.
22  A.É.N., A.E., n° 1221, f° 2 v (1436).
23  A. JORIS, « Les moulins à guède… », p. 266.
24  D.-D. BROUWERS, L’administration…, partie 1, t. II, Sources. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle, 1911, pp. 161-162.
25  A. JORIS, « Les moulins à guède… », p. 266.
26  ibid., p. 265, n. 1 du tableau 1.
27  D.-D. BROUWERS, L’administration…, partie 1, t. II, Sources. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle, 1911, p. 161.
28  ibid., partie 1, t. I, Sources. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle, 1910, p. 244.
29  ibid., partie 1, t. II, Sources. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle, 1911, p. 162.
30  loc. cit.
31  A. JORIS, « Les moulins à guède… », pp. 267-268.
32  ibid., pp. 269-271.
33  D.-D. BROUWERS, L’administration…, partie 1, t. II, Sources. Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe siècle, 1911, p. 162.
34  A. JORIS, « Les moulins à guède… », pp. 272-274.
35  ibid., pp. 274-275.
36  ibid., pp. 276-277.
37  A. JORIS, « La guède en Hesbaye… », pp. 785-788.
38  J. HERBILLON et A. JORIS, « Les moulins à guède en Hesbaye au moyen âge », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, Bruxelles, t. XLII, 1964, p. 498.
39  L. GÉNICOT, « La guède namuroise », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, Bruxelles, t. XL, 1962, p. 686.
40  A.É.N., Domaines du comté, n° 1, f° 6 r.
41  Archives Générales du Royaume, Chambre des Comptes, n° 1003, f° 70 v.
42  A.É.N., A.E., n° 1221, f° 2 v.
43  Le marchele est le marché, situé sur l’actuelle chaussée de Wavre, entre l’ancienne église Saint-Étienne et la ferme du chapitre (dite ferme Henrard).
44  Avernas.

Etienne GOTHIER

Bijlagen

Etienne Gohtier, "Thisnes au Moyen Âge", thisnes.be
Lucien Simon, "Moulins de chez nous", Dison, Fondation Adolphe Hardy, 1992? p. 76.


Stuur uw teksten over deze molen  |  Stuur een (nieuwe) foto van deze molen
Laatst bijgewerkt: zondag 1 januari 2017

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in database zoek op provincie Stuur een algemene e-mail over molens vorige pagina Home pagina Naar bestaande molens