Molenzorg

Dhuy (Eghezée), Namen


Collectie
Verdwenen Belgische Molens
Naam

Moulin à vent

Ligging
à proximité de la route Eghezée - Saint-Denis.
5310 Dhuy (Eghezée)

au nord-ouest du château Bayart,


toon op kaart
Type
Stenen grondzeiler
Functie
Korenmolen
Gebouwd
1774
Verdwenen
ca. 1930
Beschrijving / geschiedenis

Moulin à vent à farine en pierres, à proximité de la route Eghezée - Saint-Denis, au nord-ouest du château Bayart,
Erigé en 1774.
Le moulin figure sur l'Atlas des communications vicinales de la commune de Dhuy (1843).
En ruine, il a disparu dans l'entre-deux-guerres. Une couronne d'arbres plantés sur un petit tertre en rappellent toujours l'existence.

------

Jean-Louis Javaux, "Contrats pour la construction de bâtiments "industriels" en Namurois sous l'Ancien Régime" (avec: "Moulin à vent de Dhuy (1774)"), in: La Guetteur wallon, 70, 1994, n° 2, p. 52-65 (62-65).

Les moulins à vent ne sont pas l'apanage du «plat pays» chanté par Jacques Brel. Même s'ils y ont été nombreux. Même si la Meuse et ses affluents ont mis en branle un chapelet de moulins à eau égrenés au long de leurs cours(36). Eole a moulu plus de farine en Namurois qu'on ne le pense habituellement, ainsi qu'en témoi gnent de multiples demandes de permis de bâtir depuis le XVIIe siècle au moins: Gilly (1678 et 1769), Fleurus (1679, 1698 et 1773), Lodelinsart (1733), Meux (1735), Viesville (1757), Eghezée (1823, 1824 et 1834), Bierwart et Brye (1824), Corroy-le-Château (1828), Champion (1830), Cortil-Wodon (1834, 1844 et 1865), Bothey (1844), Beuzet (1850), Auvelais (1856), Longchamps (1863), Sombreffe (1869) ... et la liste est loin d'être exhaustive (37)!

La difficulté de trouver à l'époque un «coup d'eau» disponible pour actionner une «huisinne» en est probablement une des raisons majeures. C'est en tout cas la raison avancée en 1784 par J.G. Everard lorsqu'il demande à la ville de Namur l'autorisation d'établir un maka mû par le vent dans une des tours du rempart du Jeu de quilles (38) !

Le lieu-dit «Moulin à vent», à Bouge, constitue une autre trace de l'utilisation de la force éolienne: un acte de 1748 mentionne une maison «près de la chaussée de cette ville à Tirlemont, entre les chaux fours et le moulin à vent présentement occupé par ledit [Lucas] Henry», tandis qu'un autre de 1787 signale «la maison [...] appellée Le Moulin à vent et où il exista autrefois un moulin à vent» (39).

Plusieurs témoins subsistent en plus ou moins bon état, et souvent moins que bon, dans la province de Namur: Belgrade (moulin Massinon, XVIIIe siècle et 1804), Les Géronsarts (Frasnes), Lonzée, Sombreffe (deux), Tongrinne (1825) et Velaine. Il en est même un qui fonctionne toujours: le moulin Defrenne à Grand-Leez, classé comme monument le 17 octobre 1962 et restauré en 1991-1992 par la famille Defrenne, qui le maintient en activité (40).

L'Atlas des communications vicinales de la commune de Dhuy, dressé par l'arpenteur-juré Thiry en 1843, renseigne au nordouest du château Bayard (1) le moulin à vent de Dhuy (2) et au nord, le moulin à eau (3) rebâti en 1803 le long de la Mehaigne.

Le contrat publié ci-dessous a pour cadre la seigneurie de Dhuy au XVIIIe siècle. Elle était alors aux mains d'Henri-Claude de Namur d'Elzée (1749-1819), dont la famille, issue en ligne bâtarde des comtes de Namur, était établie au château Bayart, en terre brabançonne, depuis 1420 (41).

Le 26 mars 1774, le seigneur des lieux convenait avec Nicolas Dumont, jeune charpentier à Noville-sur-Mehaigne, de l'édification d'un moulin à vent dans sa propriété, suivant les plans, coupes et élévations convenus entre parties. La bâtisse projetée devait être construite en moellons soigneusement épincés et en pierres de taille pour la corniche, destinée à asseoir la structure mobile du moulin. Le charpentier était évidemment tout indiqué pour en réaliser la machinerie, pièce essentielle de l'ensemble, la charpente en forme de calotte tournante et les ailes. Il devait également fournir toutes les pièces métalliques, les meules, la voilure des ailes et les cordages nécessaires à leur manoeuvre (42). Bref une construction clé sur porte, prête à accueillir le meunier.

Le marché est d'importance: 1040 écus, soit 2912 florins. C'est la moitié du coût de l'église d'Atrive en 1775-1776 (5962 florins), une fois et demi celui du presbytère d'Ambresineaux en 1777 (1973 florins), deux fois toute une aile de dépendances de la ferme du château de Boninne en 1770 (1510 florins), plus de sept fois une maison en pierre à Rhisnes en 1782 (400 florins) et 22 fois la main-d'oeuvre d'une maison en colombage à Warisoulx en 1781 (130 florins) (43)!

Le moulin, qui figure sur l'Atlas des communications vicinales de la commune de Dhuy (1843), était dressé au nord-ouest du château Bayart, à proximité de la route Eghezée - Saint-Denis. En ruine, il a disparu dans l'entre-deux-guerres. Une couronne d'arbres plantés sur un petit tertre en rappellent toujours l'existence.

16.03.1774: convention pour la construction d'un moulin à vent à Dhuy.

Cejourd'huy 26 mars 1774, par-devant moi notaire soussigné, présents les témoins embas dénomés, comparut personellement Henry Delaittre, receveur des biens de messire Henry-Claude de Namur, viscomte d'Elzée, seigneur de Dhuy et autres lieux, lequel au nom et par commission expresse de messire AlexandreFrançois comte de Groesbeeck et du St-Empire, vicomte d'Aublain, etc., etc., tuteur dudit seigneur viscomte d'Elzée, nous a déclaré d'avoir convenu avec Nicolas Dumont le jeune, charpentier à Noville-sur-Mehaigne, pour la construction d'un moulin à vent à faire et placer dans laditte seigneurie de Dhuy à l'endroit qui lui sera désigné, aux clauses, devises et conditions suivantes. Scavoir que ledit Dumont entreprend de construire ledit moulin à vent de la manière qu'il est représenté par les trois plans, profils et élévation aggréés par les parties et qui pour vérification sont ici signés par elles et par moi ledit notaire pour demeurer au pouvoir dudit comparant et dans le château de Dhuy, où ledit entrepreneur poura les aviser toutes et quantes fois il en aura besoin. Et pour cette construction, il fournira généralement tous les bois et, sans aucune exception, tous les matériaux nécessairs, tant pour la maçonnerie qui sera faite avec pierres de tailles brutes, aprêtées au marteau, et recouverte d'un entablement (44) de pierre de taille de la meilleure espèce, au gros ciseaux, que pour toutes les ferailles, le tout bien conditioné et au dire d'experts et conformément au mémoire qui accompagne lesdits plans, qui sera églament [sic] signé des parties et de moi notaire pour servir de règle et de condition. Qu'enfin ledit entrepreneur travaillera avec toute l'activité possible sans discontinuer, jusqu'à ce qu'il ait relivré ledit moulin avec ses pierres, voilles et généralement toutes ferures, cordages et toutes autres choses nécessaires et d'usa ges pour ledit moulin, avec serures, clefs et de telle façon qu'à pouvoir y mettre un meunier, le tout quoi sera relivré au dire d'experts à dénomer de part et d'autre, principalement pour la bonté et solidité de tout l'ouvrage. Le tout pour le prix de mille et quarante écus de huit escalins pièces, à compter et numérer comme s'ensuit: scavoir prestement deux cent vingt-cincq écus, ici compté en notre présence et dont cette sert de quittance, deux cent quinze écus dans trois mois et les six cent écus restant au relivrement et après l'acceptation de l'ouvrage, aiant ledit entrepreneur fourni ici au comparant un billet de caution de monsieur de Woelmont (45) pour les argents qui lui seront avancés de la part dudit seigneur viscomte d'Elzée. Et pour le surplus et pour asseurance de construire, élever, établir et relivrer en bon état ledit moulin à vent, ledit Dumont a obligé ses personne et biens en la plus ample forme de droit, ainsi qu'a aussi fait le comparant qualitate quo (46) pour asseurance du payement. Et pour le prémis reconnoittre et réalizer tant par werpe, transport, que condemnation volontaire non surannable par-devant toutes cours qu'il appartien dra, sont comis tous porteurs de cette ou de son double authentique auxquels etc., promettant etc, obligeant etc. Ainsy fait et passé à Namur les jour, mois et an que dessus, en présence de Jean-Joseph Absil et d'Albert-Joseph Wodon, témoins,
(s) H. Délaittre N. Dumont J.J. Absil A.J. Wodon N. Pasquet 1774 notaire

Archives d'Etat à Namur, Protocoles notariaux, n° 3211 (notaire Nicolas Pasquet, à Namur).

Jean-Louis JAVAUX
Attaché au Patrimoine
Rue des Brasseurs, 19
5000 Namur 

Notes

(36) Voir par exemple l'étude de N. MARCHAL, Les moulins de la Thyle, de la Dyle et de la Mehaigne. L'exploitation de l'énergie hydraulique dans la société traditionnelle, dans Revue des archéologues et historiens d'art de Louvain, t. XIV, 1981, pp. 137-170.

(37) L. LAHAYE et H. de RADIGUES de CHENNEVIERE, Inventaire analytique des pièces et dossiers contenus dans la correspondance du Conseil provincial et du procureur général de Namur, Namur, 1892, pp. 55, 57, 81, 104, 105, 132, 160 et 168; A.E.N., Régime hollandais, n° 100, et Archives provinciales contemporaines, n° 1591 (renseignement aimablement communiqué par Mr Jacques LAMBERT, qui prépare la publication d'un inventaire raisonné des dossiers relatifs aux industries, actuellement dispersés dans cet énorme fonds: Affaires de l'Administration provinciale: industries et commerces, à paraître).

(38) J. BOVESSE et F. LADRIER, A travers l'histoire du Namurois, Bruxelles, 1971, pp. 177 et pi. XVIII.

(39) A.E.N., Protocoles notariaux, nos 3088 (au 3.12.1748) et 3834 (au 24.04.1787).

(40) Le patrimoine monumental de la Belgique, t. V, Arrondissement de Namur, Liège, 1975, pp. 59, 281, 197, 718, 720, 769 et 786; t. IX, Arrondissement de Philippeville, Liège, 1982, p. 142. Outre le moulin Defrenne à Grand-Leez, celui de Velaine-sur-Sambre est également classé comme monument et comme site (12.08.1988).

(41) A. de ROBAULX de SOUMOY, Les Namur, vicomtes d'Elzée et de Dhuy, dans ASAN, t. XI, 1870 1871, pp. 1-105 (surtout pp. 51-95).

(42) Sur l'aspect technique des moulins: DIDEROT et d'ALEMBERT, Planches, t. I, Paris, 1762; J. GERMAIN, Le vocabulaire technique des moulins à eau. Documents lexicaux extraits d'archives de Wallonie (XVIe-XVIIIe siècle), dans Revue des archéologues et historiens d'art de louvain, t. XIV, 1981, pp. 171207; Moulins en Hainaut, Bruxelles, 1987.

(43) J.L. JAVAUX, Convention pour la construction d'une maison en colombage à Warisoulx en 1781, dans Le Guetteur wallon, LXII, 1987, pp. 95-100.

(44) Entablement: couronnement horizontal du mur, sans doute réduit ici à une simple corniche de pierre.

(45) Monsieur de Woelmont: seigneur d'Hambraine.

(46) Qualitate quo: en cette qualité.

Literatuur

Archives d'Etat à Namur, Protocoles notariaux, n° 3211 (notaire Nicolas Pasquet, à Namur: convention pour la construction d'un moulin à vent à Dhuy. 16.03.1774).
Atlas des communications vicinales de la commune de Dhuy, dressé par l'arpenteur-juré Thiry en 1843

Jean-Louis Javaux, "Contrats pour la construction de bâtiments "industriels" en Namurois sous l'Ancien Régime" (avec: "Moulin à vent de Dhuy (1774)"), in: La Guetteur wallon, 70, 1994, n° 2 ("Industries anciennes en namurois", p. 52-65 (62-65).
"Dhuy-Les-Boscailles", L.E.P.E., "Lé Tchafiau", octobre 1985.
Philippe Vander Maelen, "Dictionnaire géographique de la province de Namur", Bruxelles, 1832.
Charles Meerts, "Dictionnaire géographique et statistique du royaume de Belgique", Bruxelles, Vanderborght, 1845.
Hervé Hasquin e.a., "Commnunes de Belgique: dictionnaire d'histoire et de géographie administrative. Wallonie", 2 vol., Bruxelles, La Renaissance du livre, 1980-1983.
Herman Holemans, "Enquète auprès des communes de la Province de Namur", 1986.
Lucien Simon, "Moulins de chez nous", Dison, Fondation Adolphe Hardy, 1992, p. 72.

Stuur uw teksten over deze molen  | 
Stuur uw foto's van deze molen
  
Laatst bijgewerkt: zaterdag 13 mei 2017

 

De inhoud van deze pagina's is niet printbaar.

zoek in database zoek op provincie Stuur een algemene e-mail over molens vorige pagina Home pagina Naar bestaande molens